Indre-et-Loire

Après le gel, les vignerons du Vouvrillon touchés par la grêle

Après un énorme orage.

Les images postées par le vigneron Johan Mac Elliot sont impressionnantes : un vignoble couvert de petites billes de glace en quelques minutes. Ce jeudi soir, le secteur de Tours, Vouvray et Monnaie a été touché par un très gros orage aux environs de 20h30. Le ciel s'est assombri d'un coup, avec de gros coups de tonnerre, un rideau de pluie et donc - parfois - de la grêle. Et la grêle c'est très mauvais pour les vignes...

"Cela fait partie des éléments que l'on maîtrise peu. Les systèmes d'alerte météo sont plus précis mais c'est rarement prévisible donc on a du mal à se protéger" explique ce vendredi matin Benoit Gautier, viticulteur en appellation vouvray et président de la Fédération des Associations Viticoles d'Indre-et-Loire et de la Sarthe. "La difficulté de la grêle c'est que ça peut tomber chez vous... ou à 10m."

A l'heure du 1er constat, le bilan est assez inquiétant : les communes de Rochecorbon, Vouvray, Chançay et Reugny ont été touchées. Et pour Rochecorbon c'est la 2e fois en une semaine, après un premier orage le 19 mai. En revanche les vignobles de Montlouis, Bourgueil et Chinon ont été épargnés (à Montlouis il est tombé deux fois moins d'eau que chez les voisins vouvrillons). Quand on regarde dans les exploitations, c'est difficile : "Parfois le vent et la grêle ont coupé la tête et les feuillages, parfois les feuilles sont très hachées, dans certains cas le cep se retrouve nu..." liste Benoit Gautier.

Cette grêle, c'est une difficulté supplémentaire pour des vignerons qui ont déjà été rudement touchés par le gel en avril. "Ça va être difficile au niveau social, certains vont avoir du mal à s'en relever"anticipe le président de la FAV. Les assureurs devraient envoyer leurs experts rapidement pour envisager des indemnisations. En revanche il est encore trop tôt pour connaître l'impact sur la récolte. Ce qui est sûr c'est qu'après la vague de froid, cet orage intense a encore réduit le potentiel de production de l'appellation qui vit une année 2021 historiquement catastrophique.