Indre-et-Loire

Covid-19 en Touraine : des chiffres encore élevés, le centre de vaccination de Chinon déplacé

L’épidémie ne se calme pas dans le département.

Le bilan Covid publié ce lundi par l’Agence Régionale de Santé affiche des données qui nous prouvent que la maladie reste à un niveau particulièrement intense en Indre-et-Loire : 19 481 tests réalisés du 10 au 16 avril avec 2 100 résultats positifs soit 10,8% (c’était 10,2% lors du dernier bulletin vendredi avec 2 408 cas sur une semaine).

Le taux d’incidence qui mesure le nombre de cas pour 100 000 habitants est néanmoins en léger repli : il avait flambé dans Tours Métropole pour frôler 450, le voici redescendu juste en dessous de 400 (396) et 346 pour le reste du département. C’est au-dessus de la moyenne régionale et surtout le chiffre le plus élevé du Centre-Val de Loire. Le taux de positivité des tests est néanmoins plus élevé dans le Loiret ainsi qu’en Eure-et-Loir. Malgré ces données, le gouvernement maintient son objectif d’un déconfinement à partir de la mi-mai, ouvrant par exemple la voie à une réouverture des terrasses.

La confirmation dépendra sans doute en partie de la situation hospitalière sur un plateau très élevé en France, et la Touraine ne fait pas exception : 56 malades Covid en soins intensifs (59 vendredi), 122 en médecine (contre 119).

Pendant le week-end l’Indre-et-Loire a enregistré 4 décès liés au coronavirus à l’hôpital, et 319 depuis le 1er septembre.

Concernant la campagne de vaccination, 115 208 personnes ont désormais reçu au moins une dose de sérum anti-Covid dans le département, 35 941 en ont eu deux. La préfecture réaffirme son ambition d’atteindre 6 000 piqûres par semaine d’ici peu et déplace par exemple le centre d’injection du Chinonais afin d’accompagner sa montée en capacité ; il est désormais situé Rue du Parc à Beaumont-en-Véron, au N°6, juste à côté du salon de coiffure. La préfète doit le visiter dans la journée. Par ailleurs jeudi, la ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher est attendue à Monts pour visiter l’usine Recipharm où l’on met du vaccin Moderna en flacons.