Indre-et-Loire

A Montbazon, livraison de pizzas et burgers par un lapin en quad

L’idée originale d’un restaurateur de la commune.

Quand on commande à manger, les plats arrivent souvent grâce à un vélo, un scooter, une mobylette, parfois une voiture. Le quad, c’est assez inédit. Surtout avec un conducteur qui porte un costume de lapin géant. Depuis vendredi 16 avril, Jérémy Hagnerelle se déguise chaque soir pour assurer les livraisons en provenance des cuisines de La Bodega, l’affaire qu’il a créée en 2016.

« On aime bien mettre en place des idées décalées et à force de discuter on en est arrivé à ça » raconte le chef d’entreprise qui a créé une page Facebook dédié à ce concept original : Quaddeur Lapinou…

« Le quad j’en faisais un peu l’été, comme tout le monde. Ce projet m’a donné une bonne raison de l’acheter. Au départ je n’avais pas l’intention de me déguiser puis un client me l’a proposé en pensant que j’allais dire non. J’aime bien les défis, je me suis dit que ce n’était pas bête et je l’ai fait. J’ai choisi un costume de lapin mais ça aurait pu être n’importe quoi d’autre. »

Evidemment, l’idée plait beaucoup : « Les enfants sont contents, ils nous prennent en photo » s’amuse Jérémy qui pousse le vice jusqu’à offrir une carotte par personne à son arriver, pour le plaisir de l’exagération.

Le Quaddeur Lapinou sévit uniquement le soir, du lundi au samedi. Il peut vous déposer votre repas à Montbazon, Veigné, Esvres, Sorigny, Monts ou Saint-Branchs selon la nature de la commande Des plats « avec des produits frais, rien de surgelé. ». La Bodega propose également de la vente à emporter midi et soir, avec un drive pour récupérer sa commande sans descendre de la voiture. « On fait une vingtaine de couverts au déjeuner, le soir si on en fait 20 la semaine et 45-50 le week-end ça suffira pour rentrer dans les frais » souligne le restaurateur.

Même assurée avec humour, cette activité est bien moins rentable que les 80 couverts réalisés au déjeuner hors période Covid, et jusqu’à 150 aux beaux jours. « On est au ralenti mais nous ne sommes pas à plaindre : les aides de l’Etat suffisent pour tenir » explique Jérémy qui fait venir ses deux cuisiniers à tour de rôle et a placé le reste de son équipe au chômage partiel (à plein régime La Bodega tourne avec 7 salariés).

Cela n’empêche pas d’avoir des inquiétudes, notamment sur le recrutement post-crise : « Ce n’était déjà pas facile de trouver avant mais là ça va être compliqué de les remettre au boulot alors qu’ils ont apprécié la vie sociale, bien chez eux le soir. Beaucoup se lancent dans des formations pour une reconversion » nous dit Jérémy. Il y a aussi l’incertitude sur le format de la reprise : « On sait que les clients seront au rendez-vous et qu’on risque d’avoir du mal à suivre » poursuit le Montbazonais qui ne manque pas de projets : continuer à renouveler sa décoration régulièrement, organiser des soirées décalées (jusqu’à 700 personnes avant la pandémie) ou encore proposer un nouveau décor de terrasse ambiance plage et palmiers.

Olivier Collet