Indre-et-Loire

OVNI en Touraine : un livre pour raconter 85 ans d’observations

Ouvrage vendu au profit d’enfants autistes.

C’était dans les toutes premières heures de l’année 2021 : une lueur non identifiée dans le ciel de Tours, observée notamment depuis les Rives du Cher. « Probablement un ballon sonde mais la direction du vent était opposée à celle du déplacement des sphères » observe Rémy Borne qui a décortiqué les vidéos et rencontré les témoins avant de se faire un avis. Une piste mais pas une explication définitive. Et ça, c’est très fréquent.

L’homme est un spécialiste de l’ufologie, c’est-à-dire l’étude des phénomènes étranges observés sur nos territoires. Il raconte :

« J’ai commencé à m’y intéresser très tôt, au lycée, dans les années 70. J’avais une passion pour la science-fiction et j’ai découvert la revue Lumières dans la nuit qui faisait des enquêtes de terrain lorsque des gens avaient observé des choses bizarres. J’ai demandé à mon père de m’abonner. »

Aujourd’hui, Rémy Borne est responsable de l’organisation des Repas Ufologiques de Tours (proposés de façon mensuelle hors période de pandémie), une tâche occupée depuis 2013. Son projet du moment c’est la publication d’un livre-catalogue sur les observations d’OVNI en Indre-et-Loire… entre 1935 et 2019 !

Saint-Roch en 1977

Au fil des pages, on découvre une centaine de faits comme ceux de l’année 1954, particulièrement prolifique avec l’observation « de soucoupes volantes » mais aussi les triangles apparus dans les années 90. « Seuls 1 à 2% de ces faits sont expliqués » détaille l’auteur qui s’est basé sur les archives de presse ou des témoignages pour réaliser ce recueil sans doute incomplet « car cela dépend si les histoires sont racontées ou pas. » D’après lui, la Touraine n’est pas spécifiquement une terre à OVNI, « on trouve beaucoup plus de phénomènes dans le sud de la France ». Tout de même, le département a été le théâtre de choses étranges comme le 28 mai 1977 à Saint-Roch :

« Un rectangle noir a été vu en train d’atterrir le long d’un poteau électrique, la gendarmerie s’est déplacée et a relevé des traces au sol. L’herbe avait tourbillonné. »

Aujourd’hui, c’est un pavillon qui se dresse à l’endroit exact de l’observation tandis qu’un étang remplace la carrière de Marcilly-sur-Vienne où 11 ouvriers avaient été témoins d’un phénomène particulier pendant la fameuse année 1954. Rémy Borne n’a – lui – « jamais rien vu. Les cordonniers sont les plus mal chaussés. » Il se contente d’enquêter en rencontrant les gens sur place ou en analysant les relevés météo. Parfois, c’est simple : il s’agit des lumières de la station spatiale internationale ISS ou d’une nuée de satellites de l’entreprise SpaceX. Et puis quand ça se corse, des signalements sont faits au GEIPAN qui trouve parfois des explications après ses propres investigations.

« Le but n’est pas forcément de tout expliquer mais d’avoir des archives. Peut-être qu’on aura des réponses plus tard » souligne encore le Tourangeau. C’est-à-dire que dans quelques années ou décennies on pourra éventuellement savoir pourquoi une forte lumière blanche a été observée début 2019 à Sorigny. En attendant, on vous conseille de vous plonger dans ce livre L’ufologie en Touraine dont la vente permet de financer les actions de l’association Enfance et Pluriel qui agit en faveur de l’autisme. La fille de Rémy Borne est elle-même concernée par l’autisme et une partie des fonds lui sera bénéfique (l’ouvrage est disponible en ligne, mais aussi à la Fnac ou chez Cultura).

Olivier Collet