Indre-et-Loire

En juin, on votera plus tard que prévu en Touraine

Et la campagne s’annonce compliquée.

La crise sanitaire prend toute la place et il n’y a pas beaucoup d’espace pour faire campagne en ce moment… Pourtant il va bientôt falloir voter en Indre-et-Loire : renouveler l’assemblée du Conseil Départemental composée de 38 élus et renouveler le Conseil Régional d’Orléans. Deux scrutins importants puisque ces institutions s’occupent des transports, des collèges et des lycées, de la politique économique, du soutien à la culture ou encore de la santé.

Initialement, l’affaire aurait déjà dû être réglée. Les élections départementales et régionales devaient se dérouler en mars… Impossible à cause du virus donc tout a été décalé en juin. Pas assez tard ? C’est ce qu’ont estimé une partie des élus et candidats. Dans un sondage, 15 des 38 conseillers départementaux d’Indre-et-Loire souhaitaient un report encore plus tard, de même que 48% des maires qui ont répondu à une enquête de l’Association des Maires d’Indre-et-Loire (43% en faveur du maintien, les autres ne se sont pas prononcés).

Parmi les craintes : une très faible participation, peu de candidats pour tenir les bureaux de vote ou la difficulté de respecter les consignes sanitaires dans les bureaux de vote (on se souvient du fiasco des élections municipales 2020 avec une abstention record et une série de contaminations lors du 1er tour de mars).

Le gouvernement devait prendre une décision et il l’a fait ce mardi, avec du « En même temps » : il maintient le scrutin en juin… mais le décale d’une semaine. Argument du 1er ministre Jean Castex devant les députés : voter une semaine plus tard c’est 2 millions de personnes vaccinées en plus sur un corps électorale de 42 millions de personnes. Est-ce que ça suffira à convaincre un maximum de monde de se déplacer dans les isoloirs alors qu’on sera au début de l’été et que les grandes vacances approcheront ?

Retenez donc bien ces dates : on vote les dimanches 20 et 27 juin. Pour les Départementales ET les Régionales.

Et la campagne, alors ? Eh bien le chef du gouvernement appelle à ce qu’elle soit surtout numérique, avec les difficultés que cela comporte (si tu n’es pas sur les réseaux sociaux, tu ne vas pas voir grand-chose. Sans parler des fausses informations et autres inconvénients de ces outils quand il s’agit de politique). Les candidats et militants auront tout de même l’autorisation de se déplacer à plus de 10km de leur domicile pour aller sur le terrain (chez nous, le chef de file Les Républicains a actuellement suspendu sa campagne en raison du confinement). Quant aux assesseurs des bureaux, ils devront faire un test PCR en amont sauf s’ils sont vaccinés. Il en faudra un grand nombre car les horaires de scrutins pourraient être étendus dans le but de réduire l’affluence en simultané (8h-18h ou 19h habituellement).

Malgré des désaccords, les députés ont majoritairement voté ce projet gouvernemental. Prochaine étape : son application dans un peu plus de 2 mois…