Indre-et-Loire

Vaccins anti-Covid en Touraine : dans les coulisses du centre géant à Saint-Avertin

Ce sera pour le mois de mai.

En ce début de mois d'avril, on compte près de 80 000 personnes qui ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid en Indre-et-Loire, une sur 4 ayant bénéficié du produit d'AstraZeneca (pas d'effet secondaire grave recensé à ce jour malgré les craintes). La campagne accélère et ce n'est que le début. A la fin du mois de mai, l’ensemble des sites du département vaccineront près de 20 000 personnes par semaine. Pour atteindre cet objectif, deux nouveaux centres de vaccination ont ouvert ce 6 avril, à Saint-Avertin au gymnase des Onze Arpents, et à Saint-Cyr-sur-Loire, dans la salle de spectacle l’Escale.

Nous avons interrogé les premiers vaccinés du centre de Saint-Avertin. Dès l’ouverture du centre à 14 heures, une file de citoyens convoqués se presse à l’entrée. Des femmes et hommes venus pour se faire vacciner. Dans le gymnase, 10 lignes ont été mises en place pour pratiquer les injections. Des chaises pour faire patienter les convoqués, des postes informatiques pour aider les médecins à procéder aux dernières vérifications, les postes de vaccinations des infirmières, et un espace d’attente pour les patients tout juste vaccinés, pour vérifier l’absence d'effets secondaires.

Les premiers à entrer dans le centre sont Michel et Annette, tous les deux ont 77 printemps, ils sont dans la cible de vaccination. Annette passe en premier, après une première vérification d’identité, ainsi qu’une prise de température, elle rencontre un médecin bénévole qui lui pose quelques questions essentielles pour éviter toute contre-indication à la vaccination, par exemple des allergies. Annette s’assoit ensuite au poste de vaccination, et quelques minutes, la piqûre de vaccin Pfizer est réalisée, sans douleur, d’un geste assuré et rapide.

“C’est très bien géré au niveau local, c’est rapide, organisé” indiquent Annette et Michel, qui espèrent pouvoir reprendre très progressivement un début de vie sociale. “Ce n’est pas la fin du tunnel, mais on voit la lumière au bout tout de même. On va quand même attendre au moins 6 mois avant de faire la bise à nos proches” confie Michel.

Bénédicte, 42 ans, est soulagée de pouvoir enfin se faire vacciner. Après un an sans voir ses élèves, sans pouvoir faire ses cours d’éducation musicale au collège, à cause d’une maladie cardiaque rare, elle est parmi les personnes à risques et est donc prioritaire. “Je suis contente de me faire vacciner, j’attends déjà la seconde injection pour pouvoir reprendre mes cours en mai j’espère, mais également un semblant de vie sociale, une liberté de mouvement que je n’ai plus depuis un an.”

Après sa première injection, en tant que préparatrice en pharmacie, Sophie, 38 ans, constate “après les difficultés du début de la campagne de vaccination, on voit que ça prend de l’ampleur, c’est mieux organisé. Je vais pouvoir maintenant rassurer les patients qui viennent dans ma pharmacie, étant moi même vaccinée."

Le centre va monter en puissance au cours des prochaines semaines. Près de 2 500 vaccins Pfizer vont être délivrés chaque semaine sur Saint-Avertin et à Saint-Cyr-sur-Loire, l’objectif étant de monter rapidement à 6 000 par semaine. 

Pascal Montagne