Indre-et-Loire

A Bléré, un Tourangeau transforme votre vélo en bolide électrique

Et il croule déjà sous les demandes.

Christophe Barreau est « un Tourangeau de cœur », arrivé dans le département il y a une vingtaine d’années. Originaire de la région angevine, il a longtemps travaillé chez un grand sous-traitant aéronautique avant de quitter cette boîte d’Amboise pour se lancer dans une activité personnelle. Selon ses termes, l’homme a voulu « redonner du sens à [sa] vie. » Ce changement de milieu professionnel mûri à la suite d’un bilan de compétences il l’a amorcé juste avant le confinement du printemps 2020 et l’accomplit aujourd’hui avec la création de L’Heureux Cycle, un atelier de transformation de vélos classiques en machines électriques (plus rapides et moins difficile à manier dans les montées).

Créée mi-février et basée dans un local de 100m², l’entreprise s’est rapidement fait une petite notoriété… en Touraine et au-delà : « Je viens tout juste d’avoir un coup de téléphone de deux personnes qui vivent à Romorantin » explique le technicien qui sait également fabriquer des drones et manie à la perfection l’utilisation d’imprimantes 3D (grâce à ce type d’ustensile il a bénévolement fabriqué 1 500 visières de protection au plus fort de la crise du coronavirus).

« Je pense que j’ai choisi la bonne voie » se réjouit Christophe Barreau… pourtant pas un grand cycliste :

« A la base je déteste le vélo et je ne suis pas un grand sportif. Tout de même, grâce au vélo électrique, j’ai retrouvé le plaisir de pédaler. Les bords de Cher deviennent un terrain de balade très agréable. »

Son ambition : « Proposer un service qui n’existe pas, quelque chose d’innovant pour se déplacer autrement qu’en voiture. C’est aussi la possibilité de conserver un vélo qu’on apprécie plutôt que d’en racheter un autre ou de le revendre à bas prix. » Si l’évolution d’une voiture thermique en véhicule électrique commence à se populariser, la version cycle reste en effet assez confidentielle.

Des batteries pour parcourir 50km

Concrètement, Christophe récupère les vélos et les modifie en l’espace d’une demi-journée, en y ajoutant des batteries qu’il assemble lui-même : « 90% des vélos du marché sont convertibles. On regarde d’abord la taille de la roue puis la meilleure façon d’installer sur un porte-bagage adapté ou à la place du porte-bidon de façon à conserver l’esthétique du vélo, qu’il reste joli à regarder tout en passant à l’électrique. » Tarif de la prestation : 750€ pour les services de base, à mettre en rapport avec le prix d’un vélo électrique neuf qui dépasse souvent les 1 000€. « Si vous avez déjà un bon vélo vous serez gagnant d’autant que j’assure le SAV sur la batterie et le moteur » souligne l’entrepreneur qui promet des modèles capables de fonctionner sur 50km « contre une petite trentaine pour celles d’entrée de gamme dans le commerce. »

En quelques semaines les commandes affluent, avec plusieurs profils de clients :

« Ça intéresse les gens. Pour la plupart ils ont des vélos qu’ils aiment bien et dont ils ne veulent pas se séparer, ou alors des vélos quasi neufs peu utilisés et qu’ils veulent convertir. Je vois aussi des personnes dont le mari ou la femme possède déjà un vélo électrique… Quand ils se baladent en couple, l’autre est à la traîne alors ils veulent deux vélos électriques pour leurs promenades. »

L’Heureux Cycle n’en est qu’à ses débuts mais semble promis à un bel avenir. Christophe Barreau envisage déjà d’investir d’autres marchés voire de recruter du personnel pour faire face aux commandes.

Plus d'infos sur le Facebook de l'entreprise.