Indre-et-Loire

[Il l’ouvre] Plus de 50 000 soutiens pour la yourte d’un agriculteur tourangeau

Il vit à Braye-sur-Maulne.

Les règles de l’administration française sont-elles abracadabrantesques ? Manuel Guerin a toutes les chances de répondre oui, voire même de le crier. Ce trentenaire agriculteur bio à Braye-sur-Maulne a engagé un combat pour avoir le droit de garder une yourte sur son terrain, des terres du nord-ouest Touraine appartenant auparavant à son père et qu’il a repris à son retour dans le coin en mars 2015.

Pourquoi une yourte ? Parce que les parents de Manuel habitent toujours la ferme et que le paysan doit impérativement vivre sur place pour s’occuper de ses 180 poules. Problème : il a monté son logement avec l’accord verbal de l’ancien maire de la commune. Et ça, ça ne suffit pas…

Elue à l’été 2020, la nouvelle maire de Braye-sur-Maulne applique rigoureusement la loi et refuse la déclaration de permis de construire, notamment en raison de la proximité d’une église classée. Elle a demandé un démontage de la construction sous peine d’une action en justice, de quoi agacer l’agriculteur et un collectif d’habitants qui ont lancé une pétition dans laquelle on lit ceci :

« Pourquoi un tel acharnement ? D’autant que l’activité de Manuel ravit plus de 110 foyers, ce qui lui a permis d’embaucher une personne. Quelle aubaine pour un petit village de 175 habitants ! Alors que faire ? Stopper cette nouvelle activité sur une commune pourtant bien démunie ? Hypothéquer l’avenir de Manuel et de son employé ? Nous sommes plusieurs à souhaiter le maintien de cette activité, respectueuse de l’environnement de ce havre de paix et de bon augure pour le développement de notre commune.

Nous demandons que l’élue revienne sur sa décision et que le conseil municipal appuie la déclaration du permis de construire de cet habitat léger, non durable pour permettre à Manuel de vivre sereinement de son activité et de nous en faire profiter. »

A ce jour, plus de 52 000 personnes ont apporté leur soutien à cette démarche sur change.org. De son côté la mairie se retranche derrière les textes de loi et notamment sa responsabilité en cas d’accident. Dans la NR elle évoque aussi une interrogation sur l’endroit où sont déversées les eaux usées et relève que les serres n’ont pas été déclarées. Le dossier a été jusqu’en préfecture. Il est également question d’artificialisation d’un terrain agricole non prévue pour y habiter même si la yourte est facilement démontable.

A voir maintenant si les discussions – en cours entre le maraîcher et la mairie – finiront par aboutir sur une solution pérenne.