Indre-et-Loire

Covid-19 : début des tests salivaires pour les élèves d’Indre-et-Loire

En priorité dans les écoles.

La rentrée des classes peut-elle entraîner une nouvelle hausse des infections au coronavirus ? C’est un peu la crainte des autorités sanitaires et c’est pour ça qu’elles veulent intensifier les tests de dépistage dans les établissements scolaires.

Les élèves de l’académie Orléans-Tours retournent en cours ce lundi… et quelques milliers d’entre eux vont être invités à expérimenter les tests salivaires, voulus par le gouvernement et déjà déployés dans les régions qui ont achevé leurs vacances d’hiver un peu plus tôt. L’objectif affiché est de réaliser 300 000 prélèvements par semaine dans les établissements scolaires du pays… Si on part du principe que l’Indre-et-Loire accueille environ 1% des élèves français, ça représenterait quelque chose comme 3 000 prélèvements hebdomadaires. L'ambition régionale a été fixée à 7 000 dépistages pour la première semaines.

Si les tests salivaires sont privilégiés pour le public scolaire c’est qu’ils sont vus comme moins désagréables que ceux où on vous met un coton-tige géant dans le nez. Là, il suffit de cracher dans un petit récipient, qui part ensuite en laboratoire pour analyse. Plus facile à faire accepter aux enfants en primaire par exemple. Et à leurs parents.

On n’a pas encore tout le détail de l’organisation de la campagne de tests Covid salivaires dans les établissements scolaires d’Indre-et-Loire mais ils se feront au cas par cas, selon les priorités établies. Le lycée Descartes de Tours et l'école privée Ste Ursule seront concernés en premier. Dans le département voisin de l’Indre, l’ambition est d’aller dans une école chaque jour. Un collège et deux écoles du Loiret ont été sélectionnés. Il est bon de rappeler que les résultats ne sont pas connus tout de suite, à l’inverse des tests antigéniques. Le délai sera similaire à celui des tests PCR réalisés en labo ou à l’hôpital par exemple.

Les familles devront également afficher clairement leur consentement pour que leur enfant participe à la campagne, une opération qui va décaler les premiers tests tourangeaux au milieu de semaine. Les résultats parviendront ensuite directement aux parents, et non pas aux services de l’Education Nationale. Ils devront donc les informer si c’est positif.