Indre-et-Loire

[Le saviez-vous ?] L’Indre-et-Loire, un département aux sols toujours plus artificiels

C’est le résultat d’une étude de l’INSEE.

Moins de champs, de forêts ou de parcs. Plus de béton, de goudron et autres remblais. Selon une récente étude de l’INSEE, l’Indre-et-Loire est le 2e département avec le plus de sols artificialisés en Centre-Val de Loire : 5,9%. Ce qui est assez logique vu que c’est le 2e département le plus peuplé de la région derrière le Loiret, où 6,4% de la surface est artificielle malgré tout l’espace occupé par la forêt d’Orléans.

L’artificialisation des sols c’est un grand enjeu des années à venir. Nos routes, voies ferrées, logements ou magasins sont autant de constructions qui recouvrent le sol naturel. Par exemple à l’exception de ses squares le centre-ville de Tours est à 100% artificiel quand le quartier des Deux-Lions de Tours-Sud l’est beaucoup moins avec la Gloriette ou le Lac de la Bergeonnerie.

De plus en plus d’élus ou d’associations se préoccupent de cette question pour éviter de condamner de nouveaux espaces naturels… Et pourtant : de 2021 à 2018 l’INSEE affirme que l’artificialisation des sols a progressé en moyenne de 0,5% par an en Indre-et-Loire soit le chiffre le plus élevé de la région (+0,2% par an dans le Loiret, chiffre stable en Loir-et-Cher). Le béton grignote de l’espace même si la Touraine comme le Centre-Val de Loire sont très loin de la région parisienne où 21,8% des sols sont artificiels. Notre région est ainsi au 4e rang dans le classement des territoires avec le plus d’espaces naturels préservés (la Bourgogne-Franche Comté, l’Occitanie et la Corse sont devant).

En détails :

La région Centre-Val de Loire c’est 4 millions d’hectares et 4,4% de sols artificiels

72% du territoire est dédié à l’agriculture contre 59% en moyenne pour la France hors région parisienne

On compte 23% de forêts ou milieux semi naturels dans nos 6 départements

Les fleuves, lacs, rivières ou ruisseaux représentent 0,8% de la surface totale

Au total 173 600 hectares sont artificialisés en Centre-Val de Loire, dont les ¾ pour des logements

17% des sols artificiels de la région sont dédiés aux zones industrielles et commerciales

Dans les communes les plus denses comme celles de l’agglo de Tours on atteint 60% d’artificialisation, 0,9% dans les plus petits villages

Les mines, décharges ou chantiers représentent 1% des sols artificialisés et on compte 8 500ha d’espaces verts artificialisés

Entre 2012 et 2018, 2 500ha supplémentaires ont été artificialisés dans la région soit à peu près la superficie de la commune de Ballan-Miré. Cela dit, les travaux entraînant des disparitions d’espaces naturels ont tendance à ralentir leur progression (+3 800ha de 2006 à 2012, +3 400 de 2000 à 2006 soit environ la superficie de toute la commune de Tours). De 2012 à 2018 l’Indre-et-Loire a perdu 950 hectares de terres naturelles, soit presque l’équivalent du territoire de la commune de Mettray.

L’étude complète de l’INSEE est disponible sur ce lien.