Indre-et-Loire

Couvre-feu du Nouvel An : tolérance zéro annoncée en Touraine

Il ne faudra pas être dehors de 20h à 6h.

La Saint-Sylvestre ça ne va pas se passer comme Noël… La semaine dernière, el gouvernement avait annulé le couvre-feu le temps du réveillon, autorisant donc les déplacements sans attestation de 20h à 6h dans la nuit du 24 au 25 décembre. Rien de tout ça du 31 décembre au 1er janvier : la mesure anti-Covid qui limite nos déplacements reste en vigueur dans le but de dissuader au maximum les soirées du Nouvel An, celles qui sont susceptibles de faire augmenter le nombre de personnes infectées par le coronavirus.

Mardi, le ministre de l’intérieur a réclamé de la fermeté aux préfets dans tous les départements et des contrôles visibles. Gérald Darmanin a annoncé la mobilisation de 100 000 forces de l’ordre dans tout le pays, donc il y aura des centaines de policiers et gendarmes sur le terrain en Indre-et-Loire.

Pour que le message passe dans l’opinion, le gouvernement table sur la communication et la dissuasion… Et donc prévoit de faire sortir les forces de l’ordre sur le terrain dès ce mercredi soir. Plusieurs opérations de vérifications des attestations sont ainsi annoncées en Touraine. Les sites visés : les centres-villes, les quartiers où il y a souvent des rassemblements sur la voie publique ou encore les grands axes routiers. Rappelons que toute sortie non justifiée est passible d’une amende de 135€.

Rappelons que pour le Nouvel An, il est possible de rendre visite à des proches si l’on ne circule pas entre 20h et 6h du matin, la règle des 1m de distance entre deux personnes devant être maintenue. Il est également recommandé de ne pas dépasser 6 adultes dans un même lieu. Des contraventions sont possibles en cas de fête illégale déclenchant – par exemple – du tapage nocturne.

En Indre-et-Loire, les derniers chiffres de l’épidémie sont parmi les plus bas de la région : 2,3% de tests positifs du 17 au 23 décembre soit 637 nouveaux cas. 79 personnes sont hospitalisées pour Covid, et 31 soignées en réa. On compte 255 décès depuis le 1er septembre dans le département.