Indre-et-Loire

Elections départementales et régionales : vers un report en juin 2021

3 mois plus tard que prévu.

La première vague de l’épidémie de coronavirus a canardé les élections municipales de 2020. Le 1er tour s’est déroulé à 48h de l’entrée en vigueur du confinement et le second a eu lieu 3 mois plus tard que prévu le temps que la situation sanitaire s’améliore. Résultat : un taux de participation historiquement bas et des polémiques en tous genres.

Pas question que ça recommence en 2021, la démocratie n’a pas besoin de ça.

Le problème c’est que 2021 c’est une grosse année électorale : deux scrutins programmés en même temps… Le renouvellement du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire qui compte 38 élus répartis sur 19 cantons pour s’occuper des routes, des collèges, de la protection de l’enfance, du tourisme ou du sport. Et puis il faut renouveler le Conseil Régional du Centre-Val de Loire basé à Orléans, institution chargée de l’économie, des lycées, des transports en train ou en car…

Normalement, les deux scrutins devaient se tenir en mars 2021. On est à 4 mois de cette date et la campagne commence à peine. L’actualité se concentre sur les suites de l’épidémie, alors c’est un peu difficile d’aller parler politique locale… Surtout que ce n’est pas le moment pour faire des réunions publiques. Et il est encore trop tôt pour affirmer que ce sera mieux en janvier-février… Le risque qu’une campagne sabordée est grand.

Résultat : depuis plusieurs semaines, des voix s’élèvent pour demander un report du vote.

Reste à trouver la bonne date… Septembre a été jugée complexe car on imagine mal une campagne électorale pendant l’été, quant au mois de décembre ça semblait trop près de la présidentielle de 2022.

Seule solution : le mois de juin, en espérant que le coronavirus nous laisse souffler en milieu de printemps comme pour 2020. L’option tient la corde et a été recommandée par le président du Conseil Constitutionnel en personne, Jean-Louis Debré. Le gouvernement valide et prépare un projet de loi avant la fin de l'année. Ce vendredi, le président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire Jean-Gérard Paumier (LR) s’est exprimé sur cette hypothèse :

« Cet écart de trois mois me semble conforme à la jurisprudence du Conseil Constitutionnel. C’est aussi un bon équilibre entre l’exigence démocratique et l’exigence sanitaire. »

L’élu demande par ailleurs une augmentation des bureaux de vote pour assurer de meilleures conditions sanitaires ou encore que chaque personne puisse voter avec 2 procurations au lieu d’une afin d’inciter à la mobilisation, notamment des plus fragiles. Il réclame enfin la possibilité de recours accrus au vote par correspondance.

Le président du Conseil Régional est également favorable à ce scénario.