Indre-et-Loire

Bilan de l’été dans les monuments d’Indre-et-Loire : ça aurait pu être pire…

Certains affichent même de bons chiffres.

Cet été pas de vacances aux Etats-Unis à cause du coronavirus… Même à 1h d’avion des pays comme le Royaume-Uni imposaient un isolement à l’arrivée ce qui décourage les courts séjours. Et puis il y a eu tellement d’appels à passer ses vacances en France pour compenser l’absence de touristes étrangers ou soutenir les économies impactées par le confinement que les familles ou groupes d’amis ont en grande partie choisi l’hexagone pour leurs escapades estivales. La Touraine en a bénéficié. Un exemple : aidé par la météo, l’itinéraire de la Loire à Vélo a vu passer beaucoup de monde pendant plusieurs semaines. Plusieurs restaurateurs et hôteliers se disent également satisfaits de leurs résultats estivaux (même si beaucoup ont fonctionné avec moins de personnel).

Au Château d’Amboise, on parle d’un été « plutôt bon » : « En juillet on a fait presque autant d’entrées qu’en juillet 2018 et même un peu mieux pour le mois d’août » résume Samuel Buchwalder qui gère la communication du monument (il compare avec cette année-là car 2019 a explosé tous les records en raison des festivités autour des 500 ans de la Renaissance). Au guichet, « on avait 75 à 80% de Français contre 55 à 60% les années précédentes. » Parmi les quelques étrangers : des Allemands, des Belges, des Néerlandais. Parfois des Espagnols ou des Italiens. Evidemment pas d’Asiatiques, pas de groupes non plus.

Dans les monuments du Conseil Départemental aussi on a observé une fréquentation conséquente durant la haute saison. Depuis le début de l’année, la Forteresse de Chinon a comptabilisé 57 000 entrées… -38% en un an, en comptant plus de deux mois de fermeture lors du confinement. -38% également à Loches avec 34 000 entrées en 8 mois, près de 8 000 visites à Saché (la maison de Balzac), 7 300 au Musée de la Préhistoire du Grand Pressigny, 6 500 au Prieuré St Cosme de La Riche (-52%), 5 200 à Seuilly (La Devinière, autour de Rabelais).

Cet été satisfaisant pourrait néanmoins constituer un trompe-l’œil. Quid de l’arrière-saison, qui voit traditionnellement arriver en nombre des retraités, des couples sans enfant ou des étrangers ? Dans les hôtels, les réservations sont timides. Les séminaires d’entreprises qui finissent parfois par une excursion touristique sont épisodiques ou se font en affluence réduite.

« C’est très difficile de faire des prévisions. Ce week-end ce n’était pas mal mais bien en-dessous des habitudes » relève Samuel Buchwalder à Amboise, par ailleurs privé de ses groupes de scolaires en semaine. Si le beau temps persiste, les vacances de la Toussaint sauveront peut-être les meubles. Ou alors les fêtes de fin d’année, selon l’évolution de la situation sanitaire d’ici là. Dans les grands monuments tourangeaux, l’opération événement Noël au Pays des Châteaux est d’ores et déjà reconduite.