Indre-et-Loire

[En vitrine] Une entreprise d’Azay-le-Rideau crée un accessoire anti-Covid indispensable

Pour ouvrir les portes, tourner le robinet, lever la lunette des toilettes…

Pour se protéger du nouveau coronavirus on connaissait les masques, les visières, le gel hydroalcoolique ou le confinement. Autre option : sortir avec un Passe-Partout. Alors, non, pas celui de La Poste pour rentrer dans tous les immeubles… Plutôt le petit objet créé par Innower, une société familiale basée à Azay-le-Rideau. On va vous expliquer tout ça…

L’aventure commence en 2014, avec deux orientations : « 50% de la production est dédiée à la fabrication de modèles dentaires pour les dentistes, orthodontistes et laboratoires pour fabriquer les gouttières de contention ou de redressement et les prothèses. Nous travaillons également pour l’industrie pour qui nous réalisons des prototypes ou de petites séries de pièces » explique Elodie Renou, qui fait partie de cette toute petite équipe de 3 personnes. « Toute une partie de notre production est robotisée ce qui nous permet d’être autonome et de faire tourner les machines 24h/24. »

Jusqu’ici, rien à voir avec le Covid. Jusqu’à l’arrivée du confinement :

« Habituellement on travaille à flux tendu : les dentistes, orthodontistes et laboratoires nous déposent les scans 3D de leurs patients chaque matin ce qui nous permet de les produire et les envoyer en 24 à 48h. Ces professionnels ont subitement stoppé leur activité. Du jour au lendemain on s’est retrouvé avec un outil de production totalement disponible. En parallèle, avant la pandémie, on avait déjà réfléchi au développement d’un produit passe-partout parce qu’on est souvent sur la route, sans forcément de possibilité de se laver les mains. On y pensait, mais ça restait en attente sur le coin du bureau. Là, on avait le temps et les outils disponibles pour relancer le processus. »

En trois semaines, Innower perfectionne son produit en testant plusieurs dizaines de prototypes, elle dépose le brevet et enregistre la marque Passe-Partout.

Coût de l’investissement : 18 000€, pour un objet revendu 9€90 le lot de deux en grande surface, sur Internet ou dans certains magasins tourangeaux. Également proposé en lot à des entreprises, avec possibilité de personnalisation.

« C’est un outil cylindrique qui permet d’ouvrir et fermer les portes sans toucher les poignées, de manipuler un verrou, d’ouvrir un robinet ou de relever et abaisser la lunette des toilettes. C’est pour se protéger au quotidien quand on n’a pas la possibilité de se laver les mains ou qu’on veut utiliser moins de gel hydroalcoolique parce qu’au bout de 15-20 fois ça picote sur la peau et ça fait mal. Ça ne remplace pas le lavage des mains mais c’est complémentaire aux gestes barrières. On peut l’accrocher à la ceinture ou à une poche, c’est fourni avec une notice, même les enfants peuvent l’utiliser. »

Avec la demande, l’entreprise a sous-traité la production en s’associant à une entreprise nantaise qu’elle avait dans son fichier client. 4 à 5 000 exemplaires sont fabriqués tous les jours. « On espère répondre à une demande durable quand les gens voyagent, se baladent et n’ont pas de quoi se laver les mains » indique Elodie Renou qui cherche encore des revendeurs pour écouler le stock. Des réunions ont lieu régulièrement pour développer le produit (par exemple avec de nouvelles couleurs).

De quoi donner l’espoir d’une reprise durable car, malgré cette nouveauté, le confinement a fragilisé la santé financière d’Innower (20% d’activité en début de printemps). Heureusement pour elle, le marché dentaire repart « très fort » depuis quelques semaines. Prochain projet : développer une deuxième chaîne pour fabriquer des modèles en résine.