Indre-et-Loire

Le coronavirus a mis 130 000 salariés d’Indre-et-Loire au chômage partiel

Ça représente quasi le quart de la population du département.

Deux mois et demi après le début de la crise du coronavirus, on a reçu un nouveau point complet sur les conséquences de la pandémie sur l’économie en Indre-et-Loire :

  • 13 035 entreprises ont demandé à bénéficier du régime de chômage partiel
  • 130 390 salariés ont été concernés soit quasiment le quart de la population du département
  • Au total ça représente plus de 48 millions d’heures indemnisées soit 1 371 428 semaines de travail à 35h

A partir de ce mois de juin, l’indemnisation du chômage partiel sera moins intéressante pour les entreprises, sauf pour celles qui ne peuvent pas encore reprendre leur activité (cinémas, boîtes de nuit…). Les parents ne pouvant pas renvoyer leurs enfants à l’école bénéficieront également de ce régime.

Pour soutenir les entreprises, voici les derniers chiffres communiqués par la préfecture d’Indre-et-Loire :

  • 26,65 millions d’€ ont été versés via le fonds de solidarités pour les sociétés ayant perdu une grosse part de leur chiffre d’affaire. Près de 20 000 dossiers ont été validés. Près de 4 millions d’€ ont été versés à des commerces, 3,5 millions au secteur de la construction, 3,4 aux hébergements et bars-restaurants, 1,17 million pour les activités artistiques ou récréatives
  • 522,5 millions d’e de prêts garantis par l’Etat ont été accordés dont 150 millions pour le commerce, 145 millions dans l’industrie, 68 millions dans la construction, 35 pour l’hébergement et la restauration,

Parmi les aides locales on peut citer des reports ou annulations de loyers (Tours Métropole, Loches Sud Touraine…), le report du prélèvement de la taxe de séjour en fin d’année, des droits de terrasse à ne pas payer, des avances de trésorerie (fonds Renaissance de la Région), des bons d’achat à utiliser chez les commerçants (Ville de Tours).