Indre-et-Loire

[Elle l'ouvre] La Fédération Régionale de l'Habillement veut le report des soldes

Pas de réductions avant le 19 août, selon elle.

Les commerces rouvrent progressivement depuis le 11 mai, notamment les boutiques de vêtements. Avec des conditions particulières (cabines d'essayage parfois condamnées, vêtements en quarantaine ou désinfectés après chaque essayage pour éviter les contaminations, lavage des mains obligatoire...). Une nouvelle organisation pas toujours simple à mettre en place, en particulier pour les commerçants indépendants qui ne sont pas affiliés à de grandes enseignes.

Autre difficulté : que faire des stocks invendus pendant toute la période de confinement ? Il s'agit de la collection printemps-été, qui aurait dû être soldée dès fin juin, date habituelle du début des soldes d'été (sur 4 semaines, suite à la nouvelle loi).

Vu le contexte, ce délai parait trop court pour la Fédération Régionale de l'Habillement. Elle réclame donc un report du début des soldes au 19 août pour ne pas imposer de ventes au rabais ou à perte à des commerçants dont les revenus ont beaucoup souffert :

"Nos commerçants supportent un stock saisonnier qui représente jusqu’à 50% de leur chiffre d’affaires annuel et dont toute une partie sera difficile à vendre sans perdre de marge. La Fédération Nationale de l’Habillement milite pour que commerçants et fournisseurs parviennent à trouver des solutions communes quant  à  la gestion de leurs stocks : échelonnement des règlements, annulation de commande...  Certains fournisseurs restent muets, d’autres proposent des solutions comme des amortisseurs sur l'hiver, de l'échange en courte saison, de la reprise plus que d'habitude, pour essayer de faire face à la situation qui peut être difficile.D ’autres solutions peuvent être envisagées comme l'immobilisation des collections, que le public n’a pu découvrir cette année, pour les mettre en vente au printemps prochain."

A noter que la Belgique ou l'Italie ont déjà reporté leurs soldes à la fin de l'été.