Indre-et-Loire

Les pharmacies d'Indre-et-Loire bientôt réapprovisionnées en gel hydroalcoolique

Une usine va en fabriquer exprès pour elles.

Depuis plusieurs semaines, trouver du gel hydroalcoolique dans les pharmacies d'Indre-et-Loire est globalement mission impossible, et on ne parle même pas des masques qui sont réquisitionnés pour les professionnels de santé. Tellement dur d'en trouver que les appels aux dons se multiplient : CHU de Tours, ASSAD-HAD (pour l'hospitalisation à domicile), infirmières libérales et, même... un magasin bio de Tours Nord qui souhaite en mettre à disposition de son personnel.

Bref, le grand public n'est pas prêt d'avoir des masques à sa disposition et, de toute façon, le gouvernement martèle que si on n'est pas malade ce n'est pas bien utile. En revanche pour se laver les mains le gel hydroalcoolique peut s'avérer nécessaire. Pour les personnes confinées qui restent à la maison, de l'eau et du savon suffisent. Pour d'autres qui travaillent encore à l'extérieur de chez elles les petits flacons pourraient être précieux, en plus du respect des gestes barrière (rester à 1m les uns des autres, pas de bises...).

Faute de stocks suffisants, les officines sont donc en rupture mais cela devrait changer d'ici quelques jours. On apprend cette fin de semaine que les 300 pharmacies d'Indre-et-Loire et du département voisin du Loir-et-Cher vont pouvoir bénéficier de la production de l'usine Boiron de Montrichard-Val de Cher (dans le 41, tout près de la frontière avec la Touraine).

Habituellement dévolue à la fabrication de médicaments homéopathiques, cette usine va changer de braquet pour produire les fameux gels et les distribuer en local. Elle dispose de tous les équipements nécessaire.

Ce qui est marquant c'est qu'on apprenait il y a seulement quelques jours que ce site était promis à la fermeture fin 2021 parce que Boiron va réduire son personnel. Pourquoi ? A cause de la décision de l'Etat français de dérembourser totalement l'homéopathie. Un choix qui a fortement impacté la demande des produits du laboratoire. 69 postes en CDI seront supprimés. En revanche, le site de Boiron situé dans notre département à Notre-Dame-d'Oé devrait poursuivre son activité.