Indre-et-Loire

En 2020, 21 millions d'€ d'investissements pour les collèges d'Indre-et-Loire

Et 7 millions pour la transition énergétique.

Le Conseil Départemental d'Indre-et-Loire a voté son budget 2020 vendredi 6 mars et ça s'est fait à l'unanimité. On rappelle que cette institution regroupe 38 élus issus de 19 cantons du département. Elle gère les routes départementales, les collèges, le RSA, le tourisme... Elle a également des compétences en matière d'environnement, de culture ou de sport.

"La 1ère caractéristique de notre budget 2020 c’est qu’il consacre le budget d’investissement le plus élevé depuis 10 ans avec 88,9 millions d'€" a expliqué le président départemental Jean-Gérard Paumier. Pour atteindre cette somme, le Conseil Départemental va s'endetter "pour financer de grands projets d’investissement concernant par exemple les collèges, les EHPAD, la transition énergétique et les Espaces Naturels Sensibles. Nous empruntons plus cette année car nous utilisons une partie de la marge de manœuvre accumulée depuis 2015 par notre désendettement qui a atteint 50 millions d'€." L'élu assume ce choix en s'abritant derrière la dette "faible" de la collectivité : sa capacité de désendettement est estimée à 4,1 ans et elle devient problématique au-delà de dix ans. Le taux moyen des crédits est également bas : 0,7%.

Plusieurs projets environnementaux

Dans cette enveloppe de 88,9 millions d'€ de projets nouveaux, 21 millions seront consacrés aux collèges (rénovations de Château-Renault et Sainte-Maure-de-Touraine, internat à ouvrir au Grand-Pressigny), 7 millions d'€ pour la transition énergétique, 3,6 millions d'€ pour les espaces naturels sensibles : "En 2020, le Département ouvrira 3 nouveaux sites : les étangs d’Assay et de l’Archevêque à Villedomer et le site de Channay-sur-Lathan rénové. L’objectif du Département est de garder les sites les plus sensibles écologiquement dans l’Indre-et-Loire" explique Jean-Gérard Paumier qui envisage de prendre le contrôle du lac de Rillé dans l'année et de le relier aux lacs d'Hommes par "des circulations douces dédiées."

Le Département souhaite par ailleurs soutenir d'autres collecivités dont l'ambition est de créer ou de restaurer des mares. Il pourra subventionner les travaux à hauteur de 50% maximum, et dans la limite de 10 000€ par chantier.

Toujours plus de dépenses sociales

Parmi les autres projets départementaux en 2020 : le début des travaux de la déviation de l'Ile-Bouchard, la rénovation du Pont de Chisseaux et la poursuite des travaux sur la D943, les travaux sur les remparts de la Forteresse de Chinon.

Malgré ces grands projets, la situation du Conseil Départemental est toujours un peu délicate. Ses dépenses de fonctionnement (personnel, aides sociales...) ne doivent pas progresser de plus d'1,2% par an pour respecter une règle fixée par l'Etat : "Nous faisons tout pour y arriver, mais cela est de plus en plus difficile en partie puisque nous n’avons pas la main sur l’évolution des dépenses sociales qui va plus vite que +1,2% et dont la compensation par l’Etat a tendance à s’effriter un peu plus chaque année. En impact cumulé depuis 2 ans de 2018 à 2020 ce sont 8,5 millions d'€ de dépenses nouvelles de fonctionnement qui sont venues s’ajouter à nos charges antérieures" détaille Jean-Gérard Paumier dans son discours face aux élus.