Indre-et-Loire

[Sans filtre] Après l’éboulement du coteau, l’appel à l’aide de la Forteresse de Montbazon

Elle craint de fortes difficultés financières et logistiques.

[Sans filtre] est une rubrique d'Info Tours consacrée aux dossiers chauds de l'actualité locale.

----------------

C’était au mois de décembre, une dizaine de jours avant Noël : d’un coup le coteau qui surplombe Montbazon s’est partiellement effondré. Chute de 18m pour 700m3 de roche. Une première partie le matin, une autre quelques heures plus tard.

Immédiatement, 4 familles ont dû être relogées. Elles ne pourront jamais rentrer chez elles à cause de cette catastrophe. Autre conséquence du sinistre : la Forteresse de Montbazon qui est installée en haut du coteau souffre. Une partie du monument est tombée avec la roche et il est fort probable qu’un autre éboulement survienne même s’il sera de plus faible ampleur. Tant qu’il n’a pas eu lieu, les autorités ont décidé la mise en place d’un périmètre de sécurité interdisant notamment l’utilisation de la halle ancienne dont l’association se sert pour l’accueil de 10 000 scolaires chaque année, mais aussi pour des repas ou pour abriter le grand public les jours de pluie. Le site de 300m² peut rassembler 300 personnes.

40 000€ à trouver

La Forteresse de Montbazon c’est l’un des plus vieux monuments tourangeaux. L’année dernière il a attiré 67 000 visiteurs et à moyen terme l’association qui le gère espère au moins dépasser le cap des 100 000 entrées. Pour ça elle s’appuie sur une dizaine de salariés en équivalent temps plein sur l’année (une vingtaine de personnes en simultané l’été), plusieurs dizaines de bénévoles et des stagiaires. Elle organise des événements à l’été ou à Noël et envisage d’autres initiatives comme la création d’un village médiéval. Mais pas tout de suite, surtout depuis l’éboulement.

Cet événement naturel ne manque pas d’interroger. Quelles sont ses causes réelles ? Pour le responsable du monument, les fortes pluies des derniers mois ne forment qu’un élément aggravant de l’éboulement.

« D’après les experts ça ne peut plus s’aggraver mais depuis 2011 il y avait des signes de faiblesse du coteau. Des experts avaient demandé des solutions pour le conforter comme des filets ou des pieux mais les propriétaires successifs du coteau qui vivent en bas n’ont semble-t-il pas fait le nécessaire pour le consolider. De notre côté nous aurions aussi dû mieux canaliser les eaux de pluie mais on ne nous l’avait pas clairement indiqué, nous allons désormais nous en occuper. »

Jean-Yves Aldasoro, président de la Forteresse de Montbazon

Aujourd’hui, l’homme se dit « inquiet » et ce malgré un soutien actif des élus locaux ou de plusieurs acteurs du monde de la culture. Même si la reconnaissance de catastrophe naturelle ne fait pas de doute Jean-Yves Aldasoro a pas mal de tracasseries administratives à gérer. La question est de savoir si la Forteresse de Montbazon pourra obtenir l’autorisation de déplacer sa halle dans une zone sécurisée ou si elle pourra aménager à la hâte une grande tente pour des activités protégées (une option sans doute plus chère, pouvant atteindre 40 000€). L’enjeu est important puisqu’il n’est pas vraiment envisageable d’asseoir des enfants dans l’herbe en cas de temps humide et que les premiers groupes arrivent dans quelques jours.

En attendant un déblocage de la situation avec les services de l’Etat, la Forteresse de Montbazon a lancé un appel au financement participatif via la plateforme Dartagnans. Jean-Yves Aldasoro indique que 10 000€ de promesses de dons ont déjà été rassemblés : « C’est rassurant, on évolue vers une situation moins inquiétante. » Pour donner un coup de main vous pouvez participer ici.

Météo locale

Recherche

MISE AU POINT...

SPORT...

A TABLE !

UNE PETITE MOUSSE ?

TOP 2019...