Indre-et-Loire

[Le saviez-vous ?] Il existe un concours de taille de vigne à Chinon, et c’est du sérieux

Cette opération est très importante pour les vignerons.

Dans le monde du vin, on a l’habitude des concours. Mais en général, ils ont lieu une fois que les bouteilles sont remplies et étiquetées. Celui qui est organisé ce jeudi dans le Chinonais est d’une toute autre nature : un concours de taille de vigne, une opération indispensable dans tous les domaines. Pour en savoir plus, nous avons interrogé un des participants de cette compétition : Boris Desbourdes, qui cultibe 15ha de cabernet-franc et 2ha de chenin à Panzoult, à l’Est de la zone d’appellation.

« Il existe des modes de taille adaptés à chaque cépage et à chaque appellation. Pour réussir l’opération il faut connaître un peu la physiologie de la plante et sélectionner une partie des bois : ceux qui seront fructifères (qui donneront le plus de raisin, ndlr). L’activité nous occupe tout l’hiver. Il faut attendre la chute des feuilles car même s’il n’y a plus de fruits, la plante continue de faire des réserves : la photosynthèse continue et la sève circule toujours. En général on commence donc aux premières gelées vers la mi-novembre jusqu’à la fin du mois de mars voir tout début avril pour des tailles tardives si l’on essaie de décaler pour retarder l’entrée en végétation du millésime suivant. »

Quand on appelle Boris Desbourdes, il est justement en pleine taille sur son domaine : « On a commencé mi-décembre après les salons et la vinification ainsi que le travail de désherbage mécanique du sol car nous travaillons en bio. »

L’homme a sa technique : « Pour le cabernet-franc, plutôt une taille avec une longue baguette d’un côté. On alterne de sens tous les ans : une fois côté gauche, l’année d’après côté droit. Si on veut simplifier on dira qu’il y a une partie qui est plus sollicitée pour porter les fruits et l’autre qui se repose. Donc quand on taille, on réfléchit à la production théorique de 2020 et on pense déjà à la taille de 2021. Il y a aussi un objectif à long terme pour préparer le vieillissement du cep en fonction de ce qu’on lui demande. »

Sur son appellation, Boris Desbourdes a des pieds plantés dans les années 60-70 par son grand-père et même certains encore plus anciens. Les plus jeunes viennent tout juste d’être mis en terre après une préparation en pépinière. Ils seront taillés progressivement pendant 3 ans pour prendre racine correctement et leur forme définitive avant d’entrer réellement dans le processus de production.

Quant au concours, il se déroule en deux phases : l’une où on demande aux candidats de tailler 15 ceps et où l’on juge leur respect de l’appellation ou le potentiel de production des pieds après la taille. Il y a également une part théorique pour vérifier leurs connaissances sur l’appellation ou la culture. Aux côtés des vignerons, des apprentis, des employés ou des élèves en formation seront également présents pour participer à la compétition. Coup d’envoi à 8h30 et résultats à la mi-journée.

Olivier Collet

Météo locale

Recherche

MISE AU POINT...

SPORT...

A TABLE !

UNE PETITE MOUSSE ?

TOP 2019...