Indre-et-Loire

Ophtalmos surbookés en Touraine : une appli pour suivre les patients à distance

Grâce à des jeux interactifs.

Trouver un rendez-vous chez un ophtalmo d’Indre-et-Loire nécessite de longs mois de patience, et de la ténacité si vous être un nouveau patient ou une nouvelle patiente. Depuis plusieurs mois, les spécialistes de ce qu’on appelle la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge) peuvent néanmoins s’appuyer sur un nouvel outil pour optimiser le suivi de leurs patients. En fait une fois le diagnostic effectué, un protocole prévoit des consultations à intervalles réguliers pour des contrôles. Mais parfois les rendez-vous sont trop espacés ce qui laisse l’opportunité à une rechute de faire des dégâts, et dans d’autres cas – quand tout se passe bien – la consultation n’était pas forcément indispensable.

La DMLA est une maladie qui touche généralement les personnes âgées. Elle ne rend pas aveugle mais gène la vision avec une grosse tâche en plein milieu de l’œil, un défaut qui se traite par des injections. Pour contrôler l’évolution de la maladie, les ophtalmos font des tests dans leur cabinet. Depuis 6 mois, aux Halles, Jérémie Halfon s’appuie sur une appli pour smartphones avec différents jeux pour des diagnostics à distance :

« Nous conseillons de les faire tous les trois jours mais toutes les semaines ou tous les dix jours cela peut être suffisant. Si les résultats baissent de manière significative, le patient reçoit une invitation à consulter son médecin, l’ophtalmo est également alerté par mail ce qui lui permet de convoquer la personne et voir s’il faut la traiter. C’est utile pour rattraper les patients qui feraient un peu l’autruche avant une dégradation importante de leur vision. »

Seuls deux professionnels tourangeaux (sur une grosse quarantaine) utilisent ce système qui n’est accessible qu’en version démo pour le grand public, le programme étant médical. Le DR Halfon suit une grosse quarantaine de patients, ils sont 700 sur toute la France. Il est important de dire que ce programme baptisé Odysight est financé par un labo pharmaceutique – Novartis – l’une des deux entreprises françaises à proposer un traitement contre la DMLA. Elle assure que le projet est philanthropique mais forcément si les médecins voient plus de patients, et les traite plus vite, elle pourrait, elle aussi, finir par s’y retrouver économiquement…