Indre-et-Loire

[Elle l'ouvre] Cormery et Truyes : le pont de la D943 est-il en mauvais état ?

Une association de riverains s’inquiète.

2 morts le 18 novembre… L’effondrement d’un pont à Mirepoix-sur-Tarn donne un nouvel écho médiatique au combat de l’association SOS Cormery-Truyes. Il semble que cet accident soit lié au passage d’un camion trop lourd pour l’ouvrage, et que de nombreux convois au fort tonnage passaient sur cet axe sans en avoir l’autorisation. La circulation intense des camions et ses conséquences, c’est justement ce que SOS Cormery-Truyes dénonce pour la D943 qui enjambe l’Indre entre les deux communes.

« Ce pont n’a pas été conçu pour un tel trafic » écrivait l’association l’été dernier en postant la photo de deux camions prêts à se croiser. 22 000 véhicules traversent les villages au quotidien dont 1 800 poids lourds. La question d’une déviation a été évoquée à maintes reprises mais le chantier n’est pas près de débuter car il est loin de faire l’unanimité. Il n’empêche que les riverains réclament l’aide des pouvoirs publics pour réduire les nuisances et qu’ils s’appuient aujourd’hui sur un fait divers dramatique pour appuyer leur position.

« Le Pont de Cormery supporte chaque jour des centaines de 44 tonnes et des dizaines de convois exceptionnels qui n'ont plus rien d'exceptionnel. Quand a-t-il été contrôlé ? Pour quel tonnage est-il adapté réellement ? Jusqu'où les politiques sont-ils prêts à aller pour satisfaire le lobby routier ? » questionne SOS Cormery-Truyes dans un message du 19 novembre. Dans la foulée, un courrier a été transmis au Conseil Départemental d’Indre-et-Loire en charge de la gestion des routes :

« Le pont de Cormery a été construit et rénové à une époque où le passage des 44 tonnes n’était pas aussi fréquent. Le pont démarre au fond de notre jardin. Depuis 20 ans, aucun service du Département ou de l’Etat ne nous a jamais demandé l’accès à la pile du pont pour inspecter cette partie, par exemple. Les joints sont dégradés, l’eau ruisselle. On peut légitimement s’interroger sur la fragilisation de cet ouvrage d’art. »

Martiel Bernard, président d’SOS Cormery-Truyes

Dans son courrier, le riverain dénonce également l’absence de contrôles de gendarmerie sur les camions, que ce soit pour le tonnage ou leur vitesse régulièrement qualifiée d’excessive. « Le jour où un accident grave surviendra (…) vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas » conclut le président de l’association qui appelle les élus à se rendre sur place.

Dans un entretien donné à Info Tours juste après l’effondrement en Haute-Garonne, le vice-président du Département en charge des routes rappelait que des contrôles réguliers étaient menés sur tous les ouvrages, avec des rénovations si nécessaire comme ce sera prochainement le cas à Civray. La D943 fait par ailleurs partie des dossiers déclarés comme prioritaires par le président du Conseil Départemental qui a notamment financé des aménagements récemment à Reignac.

Le président du Conseil Départemental assure lui que des contrôles ont lieu chaque année sur ce pont avec une inspection générale prévue en 2020. D'après l'élu, son état général est bon et il est capable de supporter des convois exceptionnels pouvant atteindre 120 tonnes.