Indre-et-Loire

Comment l’Indre-et-Loire se prépare pour affronter l’hiver sur les routes

Des agents seront en veille tous les jours à partir du 2 décembre.

Sur le calendrier, l’hiver commence officiellement le 21 décembre. Mais les spécialistes de la météo ont coutume de dire qu’il débute dès le 1er décembre, pour s’achever au tout début du mois de mars, trois semaines avant le début officiel du printemps. Cette période englobe les jours où il fait théoriquement le plus froid, ces jours où la neige et le verglas peuvent entraîner des difficultés de circulation.

Histoire d’être prêts en cas d’épisode météo exceptionnel, le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire active donc son dispositif hivernal début décembre. Cette année ce sera le lundi 2, et jusqu’aux premiers jours du mois de mars. « Nous sommes dans la continuité de ce qui a été mis en place ces dernières années » nous explique Patrick Michaud, le vice-président de l’institution en charge du réseau routier. Et voici ce qu’il est utile de savoir :

Des agents sont mobilisables 24h/24 pour traiter les routes en cas de coup de froid

Des patrouilleurs circulent au quotidien pour surveiller l’état des routes et peuvent prévenir un coordinateur départemental en cas de problème, afin de lancer une action locale ou départementale

En cas de neige ou de verglas, les axes principaux de la Touraine peuvent être salés en 4 à 5h après le lancement de l’alerte

Les équipes du Conseil Départemental traitent en priorité 1 600km, selon un ordre de priorité. Par exemple la D751, la Levée de la Loire ou la D943 seront traités avant de toutes petites départementales

Lors de l’hiver 2018-2019, il a fallu sortir les saleuses à 9 reprises, contre 15 lors d’un hiver conséquent

2 000 tonnes de sel ont été utilisées, jusqu’à 3 000 sont nécessaires lors d’une année où les épisodes de neige et de verglas se multiplient

Le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire a reconstitué ses stocks et dispose actuellement de 2 000 tonnes de sel

Lors d’un épisode neigeux ou de verglas, 150 à 200 tonnes de sel peuvent être utilisées en une journée, ainsi que de la saumure pour la neige

« Le verglas c’est le plus sournois car il peut être très localisé » explique Patrick Michaud. Cela nécessite donc « de vérifier tout l’itinéraire et d’avoir des équipes très localisées. »

Justement, ces équipes sont reparties dans des centres qu’on appelle les STA. On en trouve par exemple à Loches, Amboise et Sorigny. C’est là qu’on stocke le sel et les véhicules mais il y a aussi des dépôts plus petits, des antennes, pour intervenir rapidement partout. Parmi eux citons Ligueil, Preuilly-sur-Claise ou Château-la-Vallière

Chaque STA dispose de 6 camions, loués ou achetés par le Conseil Départemental. Il vient par exemple d’acquérir un véhicule quasi neuf qu’il louait l’hiver dernier

Chaque année, le Département renouvelle une partie de son matériel (véhicules ou équipements) « afin de sécuriser le travail des agents » explique Patrick Michaud. A titre d’exemple, un camion pour traiter les routes en hiver coûte en moyenne entre 200 et 250 000€

A noter que dans Tours et son agglomération, c'est Tours Métropole ou les communes qui gèrent la neige et le verglas.

Photo : Conseil Départemental (archives).