Indre-et-Loire

[Sans filtre] Le vignoble d’Indre-et-Loire a besoin de bras pour les vendanges

Et cherche à attirer les allocataires du RSA.

Votre chronique [Sans filtre] ce sont des questions percurantes sur un sujet d'actualité avec une personnalité tourangelle...

 

D’ici quelques jours, les vendanges auront débuté partout en Indre-et-Loire. Cette année, de l’avis des professionnels, le millésime s’annonce de qualité mais avec une quantité peu conséquente. Il faut dire que le climat a fait des siennes entre le gel printanier, les canicules puis la sécheresse. Il n’empêche, le raisin est bien là et pour le ramasser il faut du monde ! Il est encore temps de postuler… d’autant plus pour les personnes qui sont au RSA. Rencontre avec Benoit Gauthier, président de la Fédération des Associations Viticole de l’Indre-et-Loire et de la Sarthe.

On est encore en pleine période de recrutement pour ces vendanges 2019 ?

Le vignoble a besoin de main d’œuvre, les vignerons attendent beaucoup de coupeurs, de vendangeurs, de porteurs… Et on espère vendanger sous le soleil.

Quels sont les profils recherchés ?

Il faut un grand moral, du sourire… Être un peu courageux, profiter de la nature, aimer travailler en équipe parce qu’il y a un côté très convivial dans les vignes. Les vendanges, la création d’un vin, c’est un grand moment qui se fait à plusieurs.

Qui vient vendanger ?

Il y a 30 ou 40 ans on observait des équipes qui se reformaient chaque année. C’est moins le cas aujourd’hui mais on observe un grand mix : à la fois l’étudiant qui n’a pas encore repris et va se faire un peu d’argent de poche avant de démarrer son année universitaire et, à côté, le retraité qui vient retrouver ses années passées d’étudiant. On trouve toutes les tranches d’âge, c’est ça qui est passionnant.

Nouveauté cette année en Indre-et-Loire : les allocataires du RSA vont pouvoir cumuler un salaire de vendangeur avec leur allocation. Comment ça marche ?

Jusqu’à présent les personnes bénéficiaires du RSA ne pouvaient pas prendre de petit boulot sans perdre leur revenu. Ce qu’on a réussi à discuter avec le Conseil Départemental – après une année de préparation – c’est que ce RSA pouvait se cumuler avec un salaire de vendange dans une période de 4 à 5 semaines de travail. Les bénéficiaires de cette aide pourront avoir une fiche de paie déclarative sans être amputées de leur indemnité.

Qu’est-ce qui a motivé la mise en place de ce dispositif ?

D’un côté on avait des gens en recherche de travail à qui le système empêchait d’avoir un complément de revenu et nous on avait un besoin de main d’œuvre dans le vignoble. On a besoin de gens sur place, qui connaissent la région, qui ont un moyen de locomotion ou bénéficient des transports en commun. Nous sommes dans la première année, tout l’enjeu est de faire connaître cette mesure. Les allocataires et les institutions ont été mis au courant, les organismes professionnels aussi. Il faut que l’information se diffuse.

Job dating pour favoriser les rencontres entre vignerons et vendangeurs :

Lundi 9 septembre à 13h à La-Ville-aux-Dames (salle Georges Sand, avenue Georges Sand) ;

Lundi 9 septembre à 13h45 à Chinon (Mairie de Chinon, salle Olivier Debré) ;

Mardi 10 septembre à 9h à Bourgueil (Maison des Vins de Bourgueil)

Météo locale

Recherche

NOUVEAU...

BIENTÔT...

SPORT...

MIAM DU FUTUR...