Fondettes

[Elle l’ouvre] Eau du robinet et pesticides : l’alerte de Que Choisir en Indre-et-Loire

L’association demande d’intensifier les recherches de produits agricoles.

L’eau que l’on boit au robinet est de bonne qualité en Indre-et-Loire. On le savait déjà, chaque année les relevés de l’Agence Régionale de Santé affichent globalement de bons résultats, au regard de la réglementation en vigueur. Dans notre département, seules 7% des communes reçoivent ponctuellement une eau non conforme… Pour différentes raisons : présence de pesticides (à Saint-Flovier, Louans, Sonzay, Souvigné, Saint-Aubin-le-Dépeint ou Tournon-Saint-Pierre) ou d'un élément naturel, le sélénium (Fondettes, La Ville-aux-Dames, Sainte-Catherine-de-Fierbois). C’est-à-dire que ponctuellement, le taux de produits indésirables est plus élevé que ce qui est requis dans ces communes (très majoritairement rurales).

Pour comprendre plus facilement les données des autorités, l’association de consommateurs UFC Que Choisir a mis en ligne une carte interactive qui permet de savoir comment ça se passe précisément dans votre commune.

L’association en profite pour donner son avis sur les données des autorités sanitaires… Selon elle, elles ne vont pas assez loin dans leurs travaux : « Alors que plus de 750 molécules différentes de pesticides et de leurs dérivés sont susceptibles de se retrouver dans l’eau potable, seulement 119 molécules sont en moyenne recherchées en Indre-et-Loire. En effet, en l’absence de directives précises au niveau national, la liste des molécules recherchées est définie par chaque Agence régionale de santé (ARS). Or pour notre département, le spectre des analyses est clairement insuffisant. »

Selon Que Choisir, associée avec Génération Future, « en Indre-et-Loire, dans 31 % en moyenne des analyses considérées comme conformes, notre étude révèle la présence de pesticides soupçonnés d’être perturbateurs endocriniens à des teneurs inférieures aux limites réglementaires mais quantifiables. » L’association réclame donc une interdiction de ces produits ou au moins d’intensifier la recherche de pesticides lors des analyses de l’eau potable. Une pétition a été lancée pour sensibiliser la population.

« Il ne s’agit en aucun cas d’alarmer la population du département mais seulement d’exposer la situation réelle de la qualité de l’eau pour certains consommateurs. Nous demandons la garantie d’une eau véritablement indemne de pesticides et de molécules particulièrement nocives pour tous les habitants » conclut l’association.