Chambray-lès-Tours

Tram, voitures, vélo… Quelle accessibilité pour le futur CHU Trousseau à Chambray ?

Les usagers sont invités à s’exprimer.

Dans 5 ans, le CHU de Tours devrait avoir complètement changé d’allure… Clocheville va fermer en centre-ville de Tours tout comme l’EHPAD de l’Ermitage et le bâtiment dédié à la psychiatrie. L’ensemble de ces activités seront regroupées sur le site chambraisien de Trousseau, ainsi que plusieurs activités actuellement réalisées à Bretonneau (biologie, réanimation, neurologie…). Plus de services ça veut dire plus de patients, plus de personnel… Donc globalement plus de monde. Le site est très grand – 40ha – mais il va falloir bien organiser les choses pour éviter les problèmes de circulation : « Il ne faut pas de bouchons ni de problèmes pour se garer avant sa prise en charge » explique ainsi Ivy Mouchel, directeur des services techniques et du patrimoine.

Pour cela, en plus des plans immobiliers, le CHU de Tours travaille sur un vaste plan d’accessibilité. Normalement, l’inauguration de Trousseau 2.0 doit coïncider avec celle de la deuxième ligne de tramway de l’agglomération reliant La Riche à Chambray… avec une station pile devant l’hôpital, sur l’Avenue de la République. Un « décroché » des rails a été imaginé afin que passagères et passagers n’aient pas besoin de traverser la rue entre le tram et les bâtiments : « Les quais seront à 50m de l’entrée du nouvel hôpital pédiatrique » souligne Ivy Mouchel. Objectif : rendre ce mode de transport attractif pour venir se soigner. Actuellement, seuls 5% des trajets vers le CHU se font en bus… L’ambition est d’atteindre 16%, c’est en tout cas le taux de personnels interrogés prêts à utiliser Fil Bleu à partir de 2026.

Comme on le voit sur le plan ci-dessus, un deuxième arrêt de bus a été prévu au niveau du bâtiment de biologie, là où s’arrêtent déjà les lignes 2 et 3 du réseau d’aujourd’hui (c’est-à-dire au pied de la tour).

Un parking souterrain de 1 000 places dont 200 pour les vélos

Et les voitures ? Actuellement, 95% viennent des patients viennent en véhicule personnel, en ambulance ou en taxi… « Sur 160 000 hospitalisations en 2019, 40 000 personnes n’étaient pas originaires d’Indre-et-Loire, 75 000 vivaient en dehors des trois communes desservies par le futur réseau de tramway » détaille le directeur technique. Donc même avec la meilleure volonté du monde pour favoriser les modes doux, il faut prévoir d’accueillir un grand nombre d’automobilistes.

Voici le plan : actuellement le CHU Trousseau dispose de 1 200 places de stationnement sur de grands parkings extérieurs. En 2026 il en restera seulement 500 mais 800 autres sont en projet dans un parking souterrain de deux étages qui sera situé sous le bâtiment regroupant les chambres d’hospitalisations. Cet équipement à 20 millions d’€ n’était pas prévu dans les plans de départ mais il a été rajouté à la suite de l’épidémie de Covid-19, pour faciliter l’accès des usagères et des usagers. Relié directement à l’accueil central, il sera peut-être financé par une rallonge de subventions de l’Etat. Les négociations sont en cours. Au final, ce sont 100 places de parking supplémentaires qui sont programmées. Et elles devraient rester gratuites car elles seront directement gérées par l’hôpital.

La question du vélo est également au cœur des préoccupations : 200 places seront disponibles dans le parking souterrain + d’autres places à l’extérieur, tout autour des bâtiments.

A LIRE AUSSI : Notre article détaillé sur 37°

Si vous avez des observations à faire sur ce sujet, des questions particulières voire des besoins à exprimer c’est le moment de vous en occuper ! Jusqu’au 7 février, la direction du CHU ouvre une concertation publique autour du chantier du Nouvel Hôpital Trousseau. Elle s’attend surtout à des remarques sur cette question des transports mais il est possible d’aborder l’intégralité des sujets. Une synthèse sera faite et sûrement certaines suggestions prises en compte dans un amendement aux plans actuellement disponibles. Tout se passe sur le site du CHU.

Olivier Collet