Chambray-lès-Tours

[Il l’ouvre] HANDBALL : Le président de Chambray se paye le TVB

Il répond au président du club de volley.

Fin juillet, Info Tours et 37 degrés révélaient les états d’âme du Tours Volley Ball : le club envisage de ne pas disputer la Ligue des Champions s’il n’obtient pas des subventions publiques supplémentaires. Entre les frais pour s’inscrire à cette compétition et le manque à gagner dû à la crise du coronavirus, le poids lourd du volley français se dit en difficulté financière. Dans l’interview accordée à nos médias, son président regrettait que Tours Métropole fasse un geste envers le Chambray Touraine Handball (+ 15 000€ pour les joueuses chambraisiennes qui évoluent en première division) sans primer le club le plus titré du département.

Dans un long communiqué teinté d’agacement, le président chambraisien Yves Guérin lui répond : « Dès que l’on parle d’une élite féminine et des jeunes femmes qui la compose, nous restons éloignés d’une certaine bienveillance et d’un certain respect. (...) Il me fallait rétablir certaines vérités. (...) Cette subvention fait suite à d’une part une gestion saine et rigoureuse, et d’autre part à une esquisse de rattrapage par rapport au Tours Volley Ball qui évolue au même niveau national. »

« Les subventions accordées au premier club féminin du département sont inférieures à 500.000 euros comparées à un montant proche d’un million d’euros pour le Tours Volley Ball qui bénéficie, de plus, de la mise à disposition du Palais des Sports de Tours. (...) Le Tours Volley Ball a été un très grand club européen. C’est désormais un très bon club national qui domine un des championnats les plus faibles d’Europe. »

Dans son message, Yves Guérin prend également la défense du Tours FC qui a obtenu la promesse d’une rallonge financière de la ville de Tours en échange d’un investissement plus conséquent auprès des jeunes de la commune :

« Le Centre de formation du Tours Volley Ball, non labellisé, ne sort aucun joueur de niveau national et reste un écran de fumée. Le seul intérêt de nous faire croire à son existence c’est de persuader les institutions de verser des subventions complémentaires. »

Il conclut : « Par contre, il est difficile de nier l’importance de la formation au TFC qui a permis à de nombreux talents de connaitre une carrière sportive dans de grands clubs. Pour le CTHB, le centre de formation, labellisé par le Ministère des Sports et la Fédération Française de Handball, existe depuis 3 ans, et Constance  MAUNY, qui y était pensionnaire a rejoint le Club de Brest, et jouera pour la deuxième année la Ligue des Champions. (...) Il est donc inutile de parler de mauvais élèves, et plutôt qued’user de chantage à la subvention, il faudrait rester bienveillant avec des institutions toujours présentes et ce depuis longtemps. »