Centre-Val de Loire

StorieRégionales #9 – Alliance PS-Verts pour le second tour, LREM maintient sa liste

Et la réaction de Lutte Ouvrière.

C’est le jour d’après pour les candidats aux Régionales : les résultats du 1er tour obtenus (favorables à la gauche qui termine en tête devant le RN, Les Républicains, LREM et les écologistes) on passe à la préparation du second tour ce dimanche 27 juin. Les listes doivent être déposées au plus tard ce mardi à 18h à la préfecture de région, basée à Orléans. Ce qui ne laisse pas beaucoup de temps pour trouver un accord en cas de fusion entre courants.

Concrètement, le Rassemblement National restera seul et ne bougera pas ses listes. Aleksandar Nikolic s’est dit « confiant » pour le second tour même si le candidat de Marine Le Pen est en deçà de ses espérances et a peu de chances de l’emporter.

Un ticket attendu à gauche...

Ensuite, on sait depuis la mi-journée de ce lundi que l’alliance probable entre la gauche et les écologistes devient une réalité. Ainsi, François Bonneau fusionne avec Charles Fournier. Ce n’est pas la première fois : depuis que les socialistes ont pris la présidence du Centre-Val de Loire en 1998 ils ont toujours fait alliance avec les Verts. Mais cette fois la donne est différente : l’alliance EELV-La France Insoumise-Génération.s a recueilli 10% des voix (13,5% en Touraine, 21% à Tours) quand elle était à 5% lors du dernier scrutin en 2015. Elle a donc eu plus de poids pour se négocier des places.

Résultat : les candidats issus des listes initiales de Charles Fournier obtiennent 30% des places dans les listes communes Bonneau-Fournier pour le 2e tour. Celui qui était vice-président du Conseil Régional en charge des questions d’environnement depuis 2015 hérite même de la place de N°1 en Loir-et-Cher.

Marc Fesneau reste...

Avec le jeu des reports de voix, et la dynamique de François Bonneau arrivé en tête du 1er tour ce qui n’était pas anticipé par les sondages, la gauche peut clairement espérer conserver le pouvoir à Orléans. D'autant qu'il n'y aura pas d'alliance entre la droite et le centre... Marc Fesneau qui fait campagne pour LREM et le MoDem annonce maintenir sa liste, et ne fusionnera pas avec Nicolas Forissier qui ne souhaitait pas faire de la place au membre du gouvernement et à ses soutiens, mais demandait son retrait pur et simple pour ne pas laisser la gauche l'emporter. C'était d'ailleurs la position du chef de file LR en Touraine Frédéric Augis.

Pour rappel, Marc Fesneau a recueilli 17% des voix du 1er tour et 19% pour Nicolas Forissier. Il déclare :

"J’étais prêt, rejetant les querelles de personnes et d’égo, à engager ce rassemblement autour de Nicolas Forissier, dès lors que cette démarche était fondée sur la cohérence d’un projet à porter ensemble durant les sixprochaines années à la tête du Conseil régional et du respect nécessaire de chacun. J’en ai pris l’initiative dès le soir du premier tour et c’est ce que je lui ai proposé. Je prends acte avec regret du refus de rassemblement qui m’a été opposé par Nicolas Forissier,pour qui les logiques d’appareils parisiens et de repli sur soi ont malheureusement été plus fortes que ce qui pouvait nous rapprocher."

Sinon, Lutte Ouvrière, arrivé dernier, réagit aux résultats… sans donner de consigne de vote : « ce qui est important ce n'est pas le deuxième tour de ces élections qui ne représentent aucun enjeu pour les travailleurs. Ce qui comptera, ce sera les combats que le monde du travail mènera dans les entreprises et contre les responsables des reculs que nous connaissons depuis des années, qu'ils soient de droite, d'extrême-droite ou de gauche » explique Anne Brunet qui menait la liste tourangelle.