Centre-Val de Loire

Covid-19 : comment organiser la vaccination dans la région ?

Le président du Centre-Val de Loire écrit au ministre de la santé.

On n’a pas encore de vaccin contre le nouveau coronavirus mais il est déjà temps de se demander de quelle manière on le distribuera quand il arrivera (peut-être avant début 2021 selon Emmanuel Macron). Cette semaine, le président de la région Centre-Val de Loire a écrit au ministre de la santé Olivier Véran. François Bonneau estime que ce sera peut-être compliqué d’immuniser rapidement une grande partie de la population de nos 6 départements à cause du manque de docteurs : « près du quart des habitants n’a pas de médecin référent » rappelle l’élu socialiste. C’est le cas dans des zones rurales mais aussi dans certaines communes urbaines, y compris dans des quartiers de Tours.

Alors comment faire ? Pour l’instant le gouvernement n’a pas détaillé son plan pour une vaccination massive. Les solutions sont diverse et dépendront aussi des caractéristiques du vaccin (par exemple son mode de conservation, dans un simple frigo ou dans un congélateur très puissant). Les doses peuvent être confiées aux médecins, aux pharmaciens (qui vaccinent déjà contre la grippe et qui sont d'accord pour faire pareil avec le coronavirus) ou alors on peut imaginer la création de grands centres pour recevoir la piqûre, un peu à l’image des sites déployés un peu partout pour les tests (Palais des Sports de Tours, salle Jacques Brel à Joué...). Il y a quelques mois le Parc Expo avait proposé ses halls en cas de besoin médical particulier, l’Allemagne a envisagé d’avoir recours à de telles solutions.

Bref, c’est pour anticiper et éviter un raté que François Bonneau essaie d’obtenir dès maintenant des réponses de l’Etat. « L’urgence est aujourd’hui de réussir la campagne de vaccination » dit-il dans son courrier, persuadé que c’est la meilleure solution pour juguler l’épidémie, en dépit d’une méfiance grandissante des Français envers les vaccins (près de 40% d’entre eux ne sont pas motivés pour se le faire administrer).

Le président du Centre-Val de Loire plaide pour un partenariat entre l’Etat et les régions, en s’appuyant par exemple sur les maisons de santé qui se déploient un peu partout dans les territoires (une petite centaine à ce jour    , et le projet de recruter 150 médecins salariés pour compenser les manques). Ce plan Etat-Région ce serait « la conditions incontournable pour qu’il n’y ait pas de laissés pour compte de la vaccination notamment parmi les personnes fragiles et les plus exposées au risque de la Covid-19 qui seraient volontaires, mais également les personnes qui vivent dans la ruralité ou dans les quartiers défavorisés. »

Reste donc à savoir quand arrivera le vaccin... Ou les vaccins si les travaux de plusieurs labos sont homologués. Rappelons également que le CHU de Tours a recruté des volontaires pour participer à des tests et qu’il a rapidement réussi à trouver le public nécessaire pour cette opération.

Photo d'illustration.