Vie locale

Vers une réouverture de la gare SNCF de Fondettes ?

La ville y est favorable, la métropole est intéressée.

Cela fait plus de 20 ans qu’aucun train ne s’est arrêté en gare de Fondettes… A la fin des années 90, cet arrêt de la ligne Tours-Le Mans a été supprimé : « il n’y avait pas assez de voyageurs et cela faisait perdre 5 minutes aux usagers du train, qui était donc moins compétitif face aux autres modes de transport » rappelle l’élu métropolitain Michel Gilot. A l’époque, il était d’accord avec ce choix… Mais aujourd’hui, il plaide pour la réouverture de cette gare, « notamment parce que cela limiterait les entrées dans Tours »… donc que c’est écologique (le trafic sur la levée de la Loire pourrait baisser de manière conséquente en cas de succès).

Il est vrai que Fondettes est aujourd’hui assez difficilement accessible en transports depuis le centre de Tours (pas loin de 30 minutes de bus) alors qu’il faudrait moins de 10 minutes en train, « et on pourrait facilement aménager un grand parking pour les voitures à côté de la gare ainsi qu’un parking pour vélos » plaide Michel Gilot. L’élu se paie même de luxe de dire que le coût de cette décision serait limité (il faudrait tout de même rénover les quais pour les remettre au goût du jour et procéder à des aménagements aux abords de la gare pour rendre le quartier attractif, ce qui peut facilement faire monter la facture).

En fait, la balle est dans le camp de la région Centre-Val de Loire, qui décide de beaucoup de choses en matière ferroviaire : « la première fois que j’avais proposé la réouverture de la gare de Fondettes, Jean-Michel Bodin (en charge des transports à ce moment-là, ndlr) était d’accord. Aujourd’hui, la ville de Fondettes est d’accord, la SNCF pourrait s’adapter, il faut juste que la région dise oui. » Mais là, ce n’est pas sans conséquences financières reconnait l’élu métropolitain : « il est possible que les trains soient très chargés entre Tours et Fondettes mais beaucoup moins remplis sur le reste de la ligne, il faudrait peut-être mettre un autorail supplémentaire pour absorber ce flux. »

Michel Gilot plaide par ailleurs pour une tarification à prix réduit sur cette liaison (au prix d’un ticket de bus et accessible aux abonnés Fil Bleu, comme la liaison Tours / St-Pierre-des-Corps). Des discussions politiques doivent désormais s’engager pour avancer sur ce dossier. Cela pourrait prendre un bon moment, c’est-à-dire plusieurs années… Contacté mardi, le vice-président du Conseil Régional en charge des transports, Philippe Fournié, n’était pas disponible pour réagir.

Olivier Collet