Vie locale

Campement de mineurs étrangers : la solidarité s’organise

Une manifestation est prévue ce mercredi.

Depuis le jeudi 26 juillet, les bénévoles d’Utopia 56 et du collectif Résistance 37 ont installé des tentes dans un parc paroissial appartenant au diocèse de Tours. Situé sur l’Avenue Lénine de St-Pierre-des-Corps, le campement a pour objectif de mettre en sécurité les mineurs non accompagnés arrivés de l’étranger et qui espèrent obtenir une protection du département (logement + accompagnement social) si leur minorité est reconnue. Problème : face au nombre grandissant de demandes, et malgré 4 rendez-vous chaque jour, les évaluations tardent. Et en attendant d’être réçus par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), les jeunes restent dehors.

Pour alerter les pouvoirs publics et les citoyens, et éviter aux migrants de dormir dans la rue, les bénévoles organisent donc cette action solidaire. Ils disent espérer la faire durer le moins longtemps possible mais sont prêts à tenir le temps nécessaire pour obtenir des avancées, comme ils l’avaient fait pour Le Bercail au printemps dans le quartier de Ste Radegonde à Tours.

6 jours après le montage des premières tentes, le quotidien s’organise : le diocèse a donné les clés de ses locaux pour offrir un accès aux toilettes et à un coin cuisine, de quoi faire à manger le soir (le midi, les jeunes vont à La Table de Jeanne-Marie, une association distribuant gratuitement un déjeuner dans le quartier Febvotte de Tours). « Nous avons également un accès aux douches du stade de rugby chaque matin de 10h à 11h15 » explique Angelo, un des bénévoles. C’est un agent de la mairie de St-Pierre-des-Corps qui ouvre les locaux 7 jours sur 7.

« Une grosse solidarité s’organise, nous avons eu plein de dons de vêtements, de tentes et de nourriture » poursuit le jeune homme qui espère encore recevoir des matelas en mousse, des oreillers, des sacs à dos ou des tongs pour « améliorer le confort ». En début de semaine, 23 jeunes étaient accueillis au campement dont 8 arrivés à Tours lundi mais ils ont été jusqu’à 35 sur place : « nous avons pu en héberger 5 dans des familles d’accueil » précise Angelo.

Ce mercredi, une manifestation part à 14h de La Table de Jeanne-Marie en direction de la préfecture et du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire. L’une des craintes des bénévoles est qu’un jeune reconnu mineur en Touraine puis envoyé dans un autre département faute de place ici subisse une seconde évaluation (c’est fréquent ces derniers ttemps) : « ça a été le cas cette semaine pour un jeune parti à Rennes » s’inquiète Angelo. Selon lui, ce procédé est illégal.

Olivier Collet

A noter que jeudi, un apéro ouvert à toutes et à tous est organisé sur le site du campement, Avenue Lénine.