Vie locale

Deux hôtels Hilton à Tours en 2018

Ils seront situés de part et d'autre de la station de tramway Anatole France, face à la Loire. Reportages et premières mages.

Le maire de Tours a gardé le secret jusqu'au bout. Pas peu fier de son petit effet. Ce samedi matin, Serge Babary a inauguré "La maison du projet du Haut de la Rue Nationale", situé en face des quais du tram et destinée à présenter aux Tourangeaux le grand chantier qui se prépare dans ce secteur - et qui va durer 3 grandes années. A l'aide d'une large maquette et de grands panneaux informatifs, on y découvre donc l'architecture et l'organisation du quartier avec ses deux hôtels symétriques à l'Ouest et à l'Est, des commerces, des logements, un parvis repensé pour l'église St Julien, le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré à proximité de l'ancienne école des Beaux Arts et le nouveau jardin François Ier qui redevient un jardin, en lieu et place d'un parking.

Tout ça, on le savait déjà un peu. La grande annonce de la matinée c'est le nom de l'enseigne qui exploitera les deux hôtels : Hilton. "Le premier groupe hôtelier du monde" lancera un établissement 4 étoiles à l'Ouest (Hilton Hampton) et un complexe 3 étoiles à l'Est (Hilton Garden Hill). Au total, les deux établissements regrouperont 170 chambres et des restaurants soit "une cinquantaine d'emplois" selon l'estimation du maire. L'ouverture est prévue fin 2018.

Un atout pour le rayonnement de la ville

Disons les choses comme elles le sont : accueillir Hilton à Tours, c'est un gros coup. Parce qu'en dehors de ses établissements à Paris, dans les deux aéroports parisiens, à Strasbourg ou Evian, la marque n'est pas implantée en France. Pourtant elle a choisi Tours, une ville moyenne. Et ce à l'issue de négociations avec le groupe Naos qui achète les murs et a négocié avec elle pour la faire venir. "Elles ont été complexes" explique Serge Babary "Il faut s'insérer dans la stratégie d'un tel groupe et c'est un élément de satisfaction de voir qu'ils ont choisi Tours. C'est définitif depuis un mois mais nous ne pouvions rien dire avant car la moindre information, la moindre fuite peut leur être reprochée. (NDLR : On se souvient par exemple qu'il y a quelques mois, il avait vertement critiqué les fuites autour du projet d'auberge de jeunesse qui aurait pu s'installer près de ces hôtels) Je n'ai souhaité avoir connaissance de l'enseigne que lorsque c'était signé."

Mais alors pourquoi Tours ? : "c'est la porte d'entrée pour le Val de Loire. Une ville de haute qualité culturelle, renforcée par la proximité du centre de création contemporaine. Ca permettra de développer le tourisme d'affaire, puisqu'aujourd'hui on avait un manque d'hébergement. Ca peut permettre l'arrivée de grands congrès que l'on ne pouvait pas avoir. Pour les organisateurs, le fait de savoir que Tours a été choisie par Hilton c'est un gage de bonne organisation, de professionnalisme et d'attractivité. Ca joue dans les deux sens".

Deux hôtels jumeaux avec vue sur la Loire

Les deux bâtiments, jumeaux, disposeront chacun d'une tour de métal et de verre qui symbolisera l'entrée du centre ville là où un arc de triomphe se dressait en l'honneur de Louis XIV au XVIIème siècle. Tournés vers la Loire, ses deux hôtels offriront une vue imprenable sur le feluve et ils sont pensés pour que le paysage s'y reflète.

Un concept moderne mais que l'architecte Andrew Hobson a tout de même voulu en accord avec le style des bâtiments autour, voilà pourquoi le coeur des constructions sera en pierre. "C'est le projet qu'il nous faut, un éclair pour la ville" disait le directeur de la Société d'Equipement de la Touraine pour conclure les discours d'inauguration de la maquette globale. Dans la foule, l'enthousiasme était d'ailleurs globalement partagé avec parfois de la fierté comme pour "l'architecte politique" du dossier sous la mandature de Jean Germain : Jean-Luc Dutreix. C'est un peu son bébé, et depuis ce samedi toute la ville peut voir les images de l'échographie. En attendant l'accouchement dans 3 ans.

Olivier COLLET

Les chiffres essentiels du projet du Haut de la Rue Nationale :

2 hôtels Hilton au bout de la rue dont le chantier débutera en 2016
4800m² de commerces (notamment à l'angle de la Rue du Commerce)
3100m² de logements (soit une quarantaine d'habitations)
11 000m² dédiés aux pitéons et aux vélos
53 arbres de 9 essences pour le jardin François Ier, auquel on pourra accéder depuis la rue via une pente douce. Des terrasses de restaurants donneront sur la verdure
100 000 visiteurs attendus dans le future Centre de Création Contemporaine Olivier Debré

Pour découvrir le projet, rendez-vous au 13 Rue Nationale les mercredis de 13h à 16h, les vendredis de 17h à 20h et les samedis de 14h à 18h.