Val de Loire

Pierre Commandeur quitte le groupe majoritaire à la région

 

Alors que François Bonneau, le président de la région Centre-Val de Loire, tient une conférence ce mardi soir pour dresser le bilan de la mi-mandat, ce dernier doit composer avec le départ d'un membre de sa majorité. L'élu tourangeau, Pierre Commandeur (proche LREM), profite en effet de cette même occasion pour rendre sa délégation au numérique et quitter le groupe majoritaire, sans quitter la majorité précise-t-il néanmoins. En clair, l'élu centriste en désaccord sur plusieurs points avec le président socialiste, devient un éléctron libre. Pas une très bonne nouvelle pour François Bonneau, sachant que sa majorité ne tient qu'à deux voix au sein de l'assemblée régionale.

Depuis trois ans et la dernière élection régionale, Pierre Commandeur est un élu atypique. Elu de la majorité, ce dernier n'a jamais caché ses points de désaccords avec celle-ci, parfois à mots couverts. A l'heure du bilan de la mi-mandat, l'élu a décidé de clarifier les choses et annonce aujourd'hui quitter sa délégation au numérique mais aussi le groupe majoritaire. Une décision qu'il justifie par plusieurs points.

Pour l'élu tourangeau, le premier point d'accroche, concerne le poids des élus centristes au sein de la majorité : « En 2015 nous avons été élus sur une liste d'union de gauche et du centre, mais aujourd'hui l'électorat centriste n'est pas représenté dans l'éxecutif régional. Aucun élu centriste n'est vice-président et on sait qu'il faut faire partie de l'exécutif pour pouvoir peser sur les décisions. »

Malgré tout, celui qui siègera désormais comme non-inscrit, ne dresse pas qu'un bilan négatif de ces trois ans y compris personnellement : « Je me suis beaucoup investi dans ma délégation au numérique que nous avons développée, mais il reste beaucoup à faire si on s'en donne les moyens ». Mais l'impression de ne pas être écouté et l'absence à son goût de débats politiques au sein de la majorité, le poussent aujourd'hui à rompre avec François Bonneau. « Je prends cette décision pour faire un électrochoc » explique-t-il. « Le pouvoir est aujourd'hui trop concentré sur la personne du président et de son cabinet ».

Autres points de contestations : la politique budgetaire de la majorité et un endettement jugé trop important par l'élu centriste : « Si on continue comme cela on aura creusé l'endettement de 245 millions d'euros dans le mandat, nous coupant de marges de manœuvres à l'avenir ». Et celui qui a rejoint LREM de pointer également des différences sur la politique de transports ferroviaires et notamment l'interprétation du rapport Spinetta : « Il y a eu une caricature de ce rapport qui ne recommande pas la fermeture des petites lignes mais leur évaluation socio-économique, je pense que c'est nécessaire ».

Sur sa propre délégation au numérique, Pierre Commandeur de pointer une trop grande « institutionnalisation de la French Tech Loire Valley », mais aussi « un manque de moyens alors qu'il faut accompagner la transition numérique sur tout le territoire ».

Malgré tout, Pierre Commandeur, l'affirme, s'il quitte la majorité, il ne rentre pas pour autant dans l'opposition, et affirme sa volonté de voir la majorité réussir son mandat : « François Bonneau a toujours mon soutien, je me réserve simplement le droit de voter contre certaines décisions ou même le budget si je suis en désaccord. »

Mathieu Giua