Tours

StorieTouraine, 23/07/19 : des records de températures en Touraine, l’hébergement d’urgence renforcé, condamnation d’un détenu violent…

Et une étude sur les plantes en voie de disparition en Touraine.

Chaque jour la StorieTouraine vous résume l’info en Indre-et-Loire. On la met à jour si nécessaire. Voici l’édition de ce mardi.

 

Très grosse chaleur…

D’après Météo France, on a atteint 40°4 sous abri à Amboise ce mardi et 41° à Reignac-sur-Indre ce qui constitue deux records dans ces villes tourangelles, les précédentes valeurs maximales avaient été relevées lors de la longue canicule de 2003. Il a fait par ailleurs 39°6 à Tours (la température la plus chaude jamais enregistrée en juillet), 40°8 à Savigny-en-Véron (41°5 lors de la canicule de fin juin, record absolu du département). Il fera un peu moins chaud ce mercredi (autour de 37-38° à l’ombre l’après-midi) mais de nouveau plus de 40 jeudi, donc de nouveaux records devraient tomber. Ensuite vendredi des orages devraient nous permettre de redescendre sous les 30° l’après-midi.

A noter que les deux voire trois prochaines nuits, le thermomètre restera nettement au-dessus des 20°. L’Indre-et-Loire est toujours en vigilance orange canicule.

 

Du coup les châteaux font grise mine…

On aurait cru que les touristes profiteraient des grosses chaleurs pour se mettre au frais derrière les gros murs en pierre. Mais non : ils n’osent pas forcément trop sortir, sauf ceux qui ont programmé leur séjour à l’avance. Selon France Bleu la baisse de fréquentation peut atteindre 30% les jours de canicule, avec du monde le matin mais pas l’après-midi. L’année reste tout de même bonne grâce à l’effet de curiosité lié aux 500 ans de la Renaissance.

 

Renforcement de l’hébergement d’urgence…

Comme fin juin, le gymnase Racault de Tours a été ouvert dés lundi soir pour les SDF (30 places gérées par le 115). Pour la nuit de lundi à mardi, 23 personnes (hommes isolés) ont été orientés vers le gymnase. Les maraudes de la Croix Rouge sont renforcées le mardi, le jeudi, le samedi et le dimanche. Les maraudes Entraide et solidarités (lundi/mercredi/vendredi) sont maintenues telles quelles, faute de ressources salariées et bénévoles (mais fonctionnent déjà de façon anticipée de milieu d'après-midi à début de soirée, et s'adaptent naturellement au contexte canicule). Depuis lundi, deux accueils de nuit pour femmes et familles (94 places) sont maintenus en journée pour redonner des capacités aux accueils de jour.  Accueil de nuit Croix Rouge (36 hommes isolés. Des précisions fournies par la préfecture d’Indre-et-Loire.

 

Des plantes en danger…

Selon ma Sepant, 73 espèces de plantes ont disparu en un siècle en Indre-et-Loire et 235 autres ont vu leur présence fortement réduite. L’association environnementale évoque plusieurs hypothèses pour l’expliquer : intensification de l’agriculture, marais asséchés, disparition de haies ou l’artificialisation des sols. Les difficultés se seraient accentuées après 1945 et la fin de la seconde guerre mondiale. Les insectes sont aussi concernés.

 

Nouveau feu de culture…

C’était à la mi-journée à St-Quentin-sur-Indrois. 6ha ont brûlé. 20 pompiers ont été mobilisés.

 

Aux Lacs d’Hommes, rien de nouveau…

Des témoins avaient alerté les secours pour la disparition présumée d’un homme dimanche après-midi. Après des recherches infructueuses et une enquête cette hypothèse n’est pas confirmée. Par exemple aucune voiture n’a été retrouvée abandonnée sur le parking.

 

Condamnation d’un détenu violent…

L’homme accusé d’avoir frappé une surveillante de la maison d’arrêt de Tours vendredi 19 juillet après un parloir a été jugé et condamné par le tribunal : 10 mois de prison ferme pour ce jeune de 22 ans. Le détenu en question est mis en examen dans une affaire de meurtre. Cette condamnation est la première inscrite à son casier judiciaire.

 

Vote à l’Assemblée…

Le traité déchange économique entre la France et le Canada a été adopté par l’Assemblée Nationale ce mardi. La députée UDI du Lochois Sophie Auconie se dit contre. « Il n'est plus envisageable d'autoriser l'importation de produits canadiens ne respectant pas les normes que l'on impose à nos agriculteurs » dit-elle notamment.