Tours

Des centaines de supporters algériens en folie à Tours

Ils ont notamment envahi la Place Jean Jaurès.

L’Algérie attendait ça depuis 29 ans : remporter une 2e fois la Coupe d’Afrique des Nations. Mission accomplie ce vendredi 19 juillet au Caire, avec une victoire 1-0 contre le Sénégal qui espérait lui décrocher le titre pour la première fois de son histoire après un échec en 2002.

Pendant la rencontre, les deux camps ont retenu leur souffle. Chacun sa façon de vivre la soirée : à la maison, dans les bars, les kebabs, mais aussi en grand groupe. Au Sanitas, un écran avait été installé dans un camion Place Anne de Bretagne avec environ 200 personnes. Surtout des supporters sénégalais. Bonne ambiance, « car les deux communautés s’entendent bien » nous dit-on à plusieurs reprises.

« On va faire la fête toute la nuit ! »

Place de la Liberté, le centre social Pluriel(le)s a également monté une soirée foot à la dernière minute, mais le bouche-à-oreille a fonctionné : on compte une bonne cinquantaine de personnes, surtout pour encourager les Fennecs. Et quand c’est l’heure du coup de sifflet final, les chants qui résonnaient pendant tout le temps additionnel se transforment en cris et en sauts… La foule bondit vers l’écran géant puis sort en trombe dehors.

« On va faire la fête toute la nuit ! » annonce fièrement une jeune fille qui monte dans le tram. Direction Place Jean Jaurès, fermée à la circulation pour éviter des accidents. Le tram est également forcé de s’arrêter à la gare car on trouve plusieurs centaines de personnes drapeaux algériens en main face à la mairie illuminée en bleu-blanc-rouge.

Pas d'incident notable en milieu de soirée

Malgré une interdiction de la préfecture, on allume des pétards et on tire des feux d’artifice, parfois imprudemment. Quelques quads et motos circulent à toute allure. Alors qu’on annonce près de 200 interpellations en France samedi matin (la moitié à Paris), nous n’avons pas observé de débordement significatif à Tours.

La foule grossissait à vue d'oeilt : des hommes, des femmes, des enfants, des plus vieux, quelques curieux. Un groupe se masse autour d’un pot de fleur devenu scène improvisée pour des musiciens avec tambours et djembés. On chante à tue-tête les hymnes des supporters, dont le célèbre « one, two, three… Viva l’Algérie » ou « Les Algériens, les Algériens ! » Des félicitations aussi pour Adam Ounas, un champion d’Afrique qui a grandi au Sanitas, a joué au FCOT à Ballan avant de rejoindre Bordeaux. Il a décroché la médaille d’or avec un autre jeune homme passé par Tours : Andy Delort, marquant lors de sa période au Tours FC et qui a toujours une boutique à son nom Rue de Bordeaux.

En dehors de la joie d’une victoire sportive, les supporters algériens célébraient aussi l’union d’un peuple dont le pays est en crise politique. Et pour eux c’était au moins aussi important que la coupe.

Retrouvez un reportage complet sur 37 degrés, et voici quelques photos de la soirée à Jean Jaurès par Léa Péruchon et Pascal Montagne :