Tours

Sécheresse à Tours : l’arrosage réduit au strict minimum

A quelques exceptions près.

Jeudi 18 juillet, la préfecture d’Indre-et-Loire a de nouveau renforcé les mesures de restrictions d’eau à cause de la sécheresse dans le département. Un tel manque d’eau aussi tôt dans l’année c’est une situation assez exceptionnelle. Il n’a pas plu depuis le début de l’été, et on ne prévoit pas de précipitations avant un bon moment. Pire, c’est même une deuxième canicule qui s’annonce à partir du 22 juillet.

Même si la Loire n’est pas en alerte, malgré un niveau particulièrement bas empêchant certains bateaux de naviguer, la ville de Tours se doit de faire des économies drastiques. D’autant qu’elle y puise son eau.

Renseignements pris auprès du service parcs et jardins, « l’arrosage est maintenu au strict nécessaire » nous dit-on. En clair, arrosage automatique nocturne et uniquement de 6h à 10h du matin concernant l’arrosage manuel pour éviter une évaporation trop rapide. Ces opérations ont surtout lieu dans les jardins patrimoniaux de Tours : les Prébendes, le Botanique et le jardin du Musée des Beaux-Arts, « pour les préserver ». En revanche, tout arrosage des espaces verts au bord des routes a été stoppé.

Autre exception à cette règle d’économie drastique : la mairie arrose les arbres récemment plantés pour éviter de les condamner à une mort certaine, « et parce que plus tard ces petits arbres formeront des ilots de fraîcheur en ville » nous dit-on.

Quant aux fontaines, elles fonctionnent en circuit fermé donc elles ne sont pas réalimentées cet été.