Tours

Grèce, Pologne et Danemark : des Tourangeaux préparent une série documentaire européenne

Et ils partent en tournage cet été.

Le décollage est prévu ce jeudi 18 juillet, direction une île grecque, la Pologne, puis Copenhague – la capitale danoise. Dix jours de voyage, quatre jeunes dans l’avion, trois rencontres programmées. Trois vies que Les Compères Production veulent examiner de près. Celles de jeunes dits « de la génération Y », qui ont grandi à l’époque d’Internet ou des réseaux sociaux.

Les Compères, c’est une association tourangelle de passionnés de vidéo. Elle s’est déjà illustrée avec la réalisation d’un court-métrage baptiséQuelques gouttes suffisent, évoquant le sujet délicat des discriminations. Un film montré de très nombreuses fois dans les établissements scolaires du département, y compris en 2019, 4 ans après sa production. On avait aussi remarqué la bande avec Je suis nazi, une pastille au titre provocant et à l’humour caustique.

Ecotourisme, recherche scientifique et architecture

Là, l’équipe s’apprête à faire un tour express du continent européen pour un projet documentaire mûri depuis de longs mois : « nous avons rencontré pas mal d’experts, des sociologues, des journalistes, des consultants en management intergénérationnel » expliquent Antoine et Jérémy, principaux artisans du programme destiné à comprendre « de quelle manière les codes ont changé en Europe ». Une fois cette base d’interviews sur cartes mémoire, ils sont partis à la recherche de témoignages : d’abord deux jeunes de Dolus-le-Sec et Strasbourg, puis d’autres en Europe.

« On recherchait des personnes aux profils atypiques » lâchent Les Compères qui ont participé à un grand forum à Bruxelles puis identifié une quarantaine de jeunes après un appel sur les réseaux sociaux via leurs réponses à des questions sur le monde d’aujourd’hui, de leur vision de la vie de famille à leurs projets pour l’avenir en passant par leur réflexion autour de sujets difficiles comme le terrorisme/ A force de discussions, de longs échanges virtuels, ils ont sélectionné trois portraits à réaliser :

  • Dana, la Grecque, grande voyageuse qui installe aujourd’hui une activité autour de l’écotourisme sur une petite île (Kyos)

  • Gosia, scientifique en Pologne étudiant sur les cellules du cerveau et l’impact de ce que l’on mange sur notre système nerveux, par ailleurs grande aventurière

  • Matt, architecte danois dont les plans sont en open source pour qu’on puisse reconstruire ce qu’il a créé, avec un fort accent écologique

« On a choisi la Grèce par rapport à sa situation économique, la Pologne suite à l’actualité autour du pouvoir intégriste et le Danemark souvent cité comme exemple mais où l’on observe aussi une montée des extrêmes. »

 « Ce sont des gens engagés, des profils atypiques par rapport aux métiers d’aujourd’hui. Ils essaient d’avoir un impact positif sur la société et sur le monde. On veut faire des films qui leur ensemble, et qui inspirent. »

Antoine et Jérémy des Compères Production.

Le résultat devrait être présenté sous forme de films de 13 minutes que l’association tourangelle espère proposer prochainement à des chaînes de télévision. Baptisée Hope (Espoir), la série devrait également tourner dans les écoles. Un projet qui cherche encore des financements pour aller au bout, une campagne de soutien a donc été lancée sur Internet.