Tours

[Municipales 2020] Les communistes de Tours cherchent la bonne alliance

Ils ne feront pas campagne tous seuls.

Depuis quelques mois le siège du Parti Communiste d’Indre-et-Loire n’est plus dans le Vieux-Tours mais au bout du Boulevard Jean Royer, quasiment à l’intersection avec la Rue Giraudeau. C’est de là qu’on réfléchit en ce moment à la stratégie pour la campagne des élections municipales de mars 2020. Le gros dossier ? La campagne de Saint-Pierre-des-Corps pour tenter de garder la mairie malgré la retraite politique de Marie-France Beaufils.

Tours compte aussi. En 2014, le PCF37 avait fait alliance avec la liste de Jean Germain, de quoi lui assurer deux élus au conseil municipal (Josette Blanchet et Pierre Texier). Et en 2020 ?

Florent Petit

Récemment élu à la tête de la section locale du parti, Florent Petit a fait le point sur ses ambitions : « nous n’avons pas d’autre alternative que le rassemblement » dit-il, clairement. Rien n’est signé mais les discussions s’enchaînent. Avec C’est au Tour(s) du Peuple (La France Insoumise, NPA…) ou les Cogitations Citoyennes (Les Verts), même avec le socialiste Jean-Patrick Gille. Les militants entérineront la position commune à la rentrée.

« Nous continuerons les consultations cet été » explique Florent Petit qui refuse de parler des personnalités qui pourraient être en bonne place sur la liste. Il insiste plutôt sur le projet avec des critiques contre la municipalité actuelle dirigée par Christophe Bouchet :

  1. Privatisation du contrôle du stationnement payant

  2. Réduction des travaux en régie publique

  3. Une ville « aménagée comme un parc de loisirs »

  4. Moins de logements sociaux

Ses priorités pour l’avenir :

  1. Un barrage au Rassemblement National et battre la droite

  2. Rendre progressivement les transports en commun gratuits

  3. Organiser plus de démocratie directe auprès des citoyens via des mécanismes d’éducation populaire

  4. Renforcer la politique culturelle

  5. Développer l’emploi via de grands travaux de rénovation énergétique

  6. Une mairie à gouvernance paritaire avec un duo homme/femme qui s’inverse à mi-mandat

Impossible de savoir si les deux élus PCF actuels du conseil municipal souhaitent rempiler à tout prix : « ce qu’on veut c’est allier l’expérience, le renouvellement et la jeunesse. Au moment des choix, on choisira. L’essentiel c’est le projet » nous fait-on savoir.

Pierre Texier

Clairement aujourd’hui le parti n’est pas en position de force, mais peut s’avérer un allié utile aux autres forces de gauche. N’ayant aucune divergence majeure avec C’est au Tour(s) du Peuple et Les Verts il pourrait même être un trait d’union favorisant le rapprochement entre ces deux formations. Avec l’espoir d’une grande coalition de gauche qui serait capable de reprendre la mairie. Mais on n’y est pas encore… Et on n’y verra sans doute pas plus clair avant fin septembre.