Tours

Sport et pollution : une appli tourangelle pour ne pas vous intoxiquer

Elle a été imaginée par l’Espace du Souffle.

On l’a vu pendant la canicule qui a touché l’Indre-et-Loire lors de la dernière semaine de juin : grosse chaleur signifie souvent dégradation de la qualité de l’air. L’été est en général la saison avec le plus de pics de pollution, même si l’on en observe également souvent en hiver. Et l’une des premières choses qu’on vous conseille ces jours-là c’est d’éviter de faire des efforts physiques trop intenses, histoire d’éviter les problèmes respiratoires.

Est-ce une bonne idée ? Quelles sont les alternatives ? Un kiné tourangeau a planché sur la question : il s’agit de Mathieu Brémont, qui collabore avec l’Espace du Souffle, cette association du Boulevard Wagner à Tours dont on a déjà parlé quand un autre kiné a voulu tenter la Route du Rhum dans le cadre du Mois sans Tabac.

////////////////////////////

Vous avez développé l’application Env'Air. Pourquoi ?

On s’est rendu compte que donner des conseils sur la pollution ne suffit pas pour aider les gens à comprendre ce qu’il se passe, ni à trouver des solutions pour aller mieux tout en poursuivant leurs activités physiques. En cas de pollution les gens stressent : ils ont peur, prennent plus de médicaments, vont plus souvent voir le médecin. Ils subissent leur environnement au lieu d’agir. Là, notre idée, c’est de reprendre la main. Chaque individu peut prendre conscience de ses sensibilités et de l’importance de l’environnement pour sa santé.

Comment ça fonctionne ?

Env'Air est issue d’un projet collaboratif, elle est gratuite, et accessible pour tout le monde. Que l’on souffre – ou non – de problèmes respiratoires. L’idée est d’expliquer comment le corps ressent les effets de la qualité de l’air au travers d’un questionnaire scientifique utilisé pour tester l’efficacité des médicaments dans l’industrie pharmaceutique. Un questionnaire reconnu que l’on met en rapport avec l’activité physique : le sport mais aussi les transports actifs, c’est-à-dire la marche ou le vélo.

C’est une application que l’on peut utiliser tous les jours ?

Oui, car plus on va recueillir de données plus les analyses seront pertinentes. Mais c’est rapide : il suffit d’une à deux minutes pour remplir ce test. Au début on dresse un profil en fonction de ses maladies respiratoires ou de sa sensibilité afin que l’application puisse répondre exactement à nos besoins.

Et après ?

La marge de manœuvre que l’on a c’est de savoir à quel moment on peut faire un trajet ou une activité physique, ou alors quelle activité va être la plus efficace pour sa santé. Par exemple un footing à 18h Place Jean Jaurès cela peut avoir des effets secondaires négatifs vu la pollution chronique. Pas forcément un pic, mais une pollution latente (présente tous les jours à certaines heures à cause de la concentration de la circulation, ndlr).

Et ce que vous cherchez à dire c’est que l’on peut faire du sport, même si l’air est pollué, que tout dépend du lieu ou de la discipline pratiquée.

Voilà. La pollution ne va pas diminuer, donc on cherche des moyens pour faire avec. Chaque individu est sensible de façon différente aux 4 polluants majeurs, ou aux pollens. L’application est capable de connaître la concentration des différentes substances dans l’air via les mesures de Lig’Air en Centre-Val de Loire : grâce à ça on peut prendre la bonne décision. Par exemple changer de trajet pour aller au travail dans le but d’éviter les axes les plus pollués mais sans abandonner son vélo.

Selon vous la recrudescence de pics de pollution peut avoir un impact sur notre santé respiratoire, même si l’on a aucune difficulté aujourd’hui ?

Oui, d’autant plus qu’au-delà des pics on est exposés à la pollution de manière très régulière. Sans forcément en avoir conscience. L’accumulation de cette pollution chronique, invisible en dehors des seuils d’alerte, est un véritable enjeu de santé respiratoire. On observe donc actuellement une recrudescence des maladies respiratoires.

La page Facebook de l'appli Env'Air

L’application Env'Air est disponible sur AppStore et Google Play. L’objectif de l’Espace du Souffle de Tours est d’en faire une sorte de « Waze », « où les gens collaborent sur comment ils ont ressenti les choses » explique Mathieu Brémont.