Tours

StorieTouraine, 25/06/19 : lourde condamnation pour la « Madoff du Chinonais », plainte après la mort d’une chercheuse tourangelle, un chef d’œuvre pâtissier pour fêter Balzac…

Et la disparition d’une figure de l’art en Touraine.

Chaque jour la StorieTouraine fait le point sur l’actualité du département et on l’actualisé dès que nécessaire. Voici l’édition de ce mardi. Vous pouvez aussi consulter notre Storie spéciale canicule en cliquant ici.

 

Encore une lourde condamnation de la « Madoff du Chinonais »…

Sylviane Gigi est originaire de Benais dans le Chinonais. Pendant des années elle a organisé un système de placements frauduleux avec une centaine de comptes bancaires ouverts à son nom. Des dizaines de victimes se sont faites avoir, 4,5 millions d’euros ont été détournés. Ces faits, l’accusée ne les conteste pas. Mais évoquant son état bipolaire elle désapprouvait le verdict du tribunal de Tours qui l’avait condamnée à 4 ans de prison dont 3 fermes il y a quelques mois.

Un deuxième procès a été organisé devant la cour d’appel d’Orléans qui a rendu son verdict ce mardi : de nouveau 4 ans de prison, mais cette fois deux ans et demi fermes. Le sursis de 18 mois est assorti d’une mise à l’épreuve durant 3 ans avec également obligation de soins et de réparer les dommages causés à sa cinquantaine de victimes. C’est donc une nouvelle étape dans ce dossier débuté en 2011 avec la révélation de l’affaire. Les escroqueries avaient elles débuté dès la fin des années 90.

 

Décès d’une chercheuse tourangelle…

Cette femme de 33 ans était atteinte de la maladie de Creutzfeldt-Jacob, virus qu’elle a contracté lors d’une opération au sein de l’INRA pour le compte duquel elle travaillait. Cette maladie est la variante humaine de la vache folle. Selon sa famille, elle était exposée à des risques et toutes les précautions n’ont pas été prises comme le port de gants anti-coupures au lieu de gants en latex lors des manipulations qu’elle effectuait. Une plainte a été déposée pour faire toute la lumière sur cette affaire, la contamination remontant à 2010 dans un laboratoire de région parisienne.

Les obsèques de la jeune femme ont été programmées ce mardi après-midi dans la commune de La Riche dont elle était originaire. C’est le parquet de Versailles qui est chargé de dossier et il pourrait ouvrir une enquête.

 

Mort d’Alain Irlandes…

Ancien directeur des expositions de la ville de Tours, également chargé des relations internationales, Alain Irlandes est mort dans la nuit de lundi à mardi. Arrivé à Tours dès 1973, il y est resté jusqu’en 2010 et vivait ces derniers temps à Montpellier avec son épouse, car c’est sa région d’origine. L’homme avait 72 ans et 2 enfants de 44 et 41 ans.

 

Des arbres plantés dans le bois…

Opposée à l’installation d’éoliennes dans un bois de Brizay, l’association ADDER a planté de jeunes arbres il y a quelques jours en guise de protestation. Une initiative soutenue par l’association environnementale SEPANT ou la Ligue de Protection des Oiseaux qui craignent la disparition de 30 hectares de bois. On vous explique tout sur le projet du promoteur dans cet article.

 

Une école universitaire de kinésithérapie…

La région Centre-Val de Loire annonce la nouvelle ce mardi : « En autorisant la création d’une 11ième composante, le Conseil d’Administration de l’Université d’Orléans, vient d’ouvrir la voie à la création de l’Ecole Universitaire de Kinésithérapie de la Région Centre-Val de Loire pour la rentrée de septembre 2019. Compétence exclusive du Conseil régional, la formation en masso-kinésithérapie permettant de diplômer 90 étudiants chaque année était jusqu’alors déléguée au Centre Hospitalier Régional d’Orléans. » « L’intégration de la formation de masso-kinésithérapie au sein d’une université est une grande première au plan national » selon la Région.

Concrètement, « les jeunes kinésithérapeutes se verront délivrer un Diplôme d’Etat permettant un exercice immédiat ainsi qu’une reconnaissance de 300 crédits européens permettant une poursuite d’études. »

 

Un cadeau original pour Balzac…

L’écrivain tourangeau aurait eu 220 ans cette année. Pour son anniversaire, le pâtissier François Bigot a réalisé un buste de l’auteur du Père Goriot en pastillage.

Cette œuvre exposée au musée du Compagnonnage de la ville s’inspire d’une étude d’Auguste Rodin. À partir de photographies de l’original, un buste a été modelé en plastiline. La pâte composée de sucre glace, de gélatine, d’amidon de maïs et d’eau a été travaillée, malaxée et refroidie de nombreuses fois durant plusieurs jours. Le Maître artisan pâtissier a retravaillé sa pièce en la ponçant finement et en rajoutant de la matière. La mise en couleur s’est faite à partir de différentes couches de colorants alimentaires et de poudre de bronze pour la patine, passant d’un blanc pur à une imitation parfaite du métal.

Photos : Musée du Compagnonnage