Tours

Le grand rapport tourangeau qui décortique les inégalités en France

Voici les principaux chiffres à retenir.

C’est un rapport qui intéresse beaucoup les médias, et qui devrait aussi intéresser les politiques : pour la 3e fois, l’Observatoire des Inégalités basé au Sanitas à Tours publie son rapport sur l’état des inégalités en France, que ce soit en termes de revenus, de logement ou d’éducation. On y parle immigration, sexisme, discriminations, diversité à la télévision et même des exclus d’Internet. 180 pages qui se basent sur des études récentes, qui expliquent les chiffres et leurs conséquences, mais qui analysent aussi l’effet des politiques publiques sur le tissu social en France.

Plus de 6 mois après le début du mouvement des Gilets jaunes dont l’un des objectifs est justement de dénoncer les inégalités en France, voilà un texte précieux pour avoir une photographie de la France d’aujourd’hui avec ses défauts… mais aussi ses qualités. Voici les données marquantes du document paru ce mardi 4 juin et pour en savoir plus consultez notre grand entretien avec Anne Brunner de l'Observatoire des Inégalités sur 37 degrés :

Les 10% des Français les plus riches gagnent en moyenne 8,7 fois plus d’argent que les 10% les plus pauvres

Ces 20 dernières années, cet écart s’est nettement accentué, même si la situation a tendance à s’inverser depuis deux ans

Dans d’autres pays européens comme les Etats scandinaves, les hauts revenus sont encore plus élevés qu’en France… mais les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres sont moins marquées

Après la Suisse, la France est le 2e pays d’Europe où les riches amassent le plus d’argent : au moins 7 000€ pour les plus aisés (soit 1% de la population), 5 800€ en Grande-Bretagne

17% du patrimoine français est propriété d’1% de la population

5 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté fixé à 855€ par mois pour une personne seule

16,3% des immigrés sont au chômage, 2 fois plus que les personnes nées en France

13,6% des salariés occupent un emploi précaire, c’était 12% il y a 10 ans. Ce chiffre monte à 65% pour les jeunes 3 ans après la fin de leurs études

15% des salariés ne disposent pas de 48h de repos consécutives chaque semaine

Près de 2 salariés sur 3 subissent une contrainte physique sur leur lieu de travail (port de charges lourdes, position debout…). Le nombre de personnes dont les horaires de travail sont strictement contrôlés à augmenté

Malgré un fort renouvellement de l’Assemblée Nationale en 2017, seuls 4,6% des députés sont ouvriers et employés. En revanche, on compte 39% de femmes députées, contre 18% en 2007

Les enfants issus de milieux défavorisés réussissent moins bien à l’école : en moyenne ils ont une note de 57/100 en français en CE2, 85/100 pour les enfants des plus aisés

A l’université, il y a trois fois plus d’enfants de cadres que d’ouvriers

8,9% de jeunes quittent le milieu scolaire sans aucun diplôme (même pas le brevet). C’était 11,3% en 2007

On ne compte que 40% de femmes dans les filières scientifiques

La réduction des inégalités de salaires entre femmes et hommes a ralenti depuis quelques années. Elle est de 15% si l’on compare les revenus d’hommes et de femmes exerçant à temps plein

La précarité énergétique est passée de 14% à 12% de 2013 à 2017, il y a donc moins de personnes qui ont du mal à s’éclairer ou se chauffer

Les plus riches vont beaucoup plus souvent au cinéma que les plus pauvres : ils voient en moyenne 2,5 fois plus de films chaque année

Les cadres supérieurs sont 15 fois plus souvent visibles à la télé que les ouvriers

11% de la population n’a pas accès à Internet