Tours

A Tours, l'opposition voulait parler des réfugiés au conseil municipal : débat refusé

Et la gauche s'offusque.

Le conseil municipal de Tours prévu ce lundi 13 mai à 17h s'annonce long, voire très long. 46 sujets sont à l'ordre du jour de cette séance publique dont plusieurs qui devraient entraîner des débats conséquents : la révision du Plan Local d'Urbanisme ou encore la proposition d'une subvention pour restaurer Notre-Dame de Paris.

A cette liste, le groupe Tours à Gauche (PS, Verts, Communistes) voulait ajouter un voeu proposant que la ville de Tours adhère à une association regroupant des collectivités locales volontaires pour soutenir l'accueil des migrants (elle s'appelle ANVITA). "L’ambition de l’association est de formaliser un réseau de collectivités et d’élus à l’échelle du pays et d’ouvrir un dialogue permanent et constructif avec l’ensemble des acteurs de la société civile et l’Etat, afin de trouver les solutions concrètes pour l’accueil des réfugiés" explique Tours à Gauche qui souhaite que la mairie apporte son soutien aux associations engagées dans ces combats, mette à disposition des logements communaux ou organise la réquisition de logements.

Mais ce voeu ne sera pas adopté... car il ne sera pas présenté aux élus. Tours à Gauche indique que ça lui a été refusé pour raisons administratives car la demande d'adhésion concerne une compétence du conseil municipal, et normalement les voeux ne peuvent concerner que des sujets d'intérêt local mais sans rapport direct avec le fonctionnement de la ville. Bref c'est une prise de position symbolique sans engagement.

"La nature purement administrative du motif de ce refus ne saurait cacher la volonté municipale d'empêcher le débat sur le sujet de l'accueil des migrants. Nous le déplorons, considérant qu'il est de notre devoir d'élu de défendre et de rappeler les droits humains et en particulier le caractère inconditionnel du droit à l'hébergement d'urgence consacré par la loi". Néanmoins, il n'est pas impossible que les membres de l'opposition trouvent un moyen d'aborder quand même la question au cours des échanges, le sujet des migrants ayant été abordé à plusieurs reprises depuis 5 ans au conseil municipal, par exemple au cours des débats sur les subventions versées aux associations.