Tours

Des logements moins hauts à Tours à l'avenir

C'est ce que prévoit le futur plan local d'urbanisme (PLU)...

Ce sera un des gros morceaux du Conseil Municipal qui se tiendra à Tours lundi prochain : les élus vont débattre du Plan Local d'Urbanisme actuellement en projet. Sauf surprise, ils devraient le valider.

Le sujet s'annonce technique mais il est très important puisque ce document inscrit dans le marbre toutes les contraintes liées à l'urbanisme sur le territoire de la ville, comme :

  • les hauteurs des bâtiments,
  • la part d'espaces verts dans les nouveaux projets,
  • les zonages de la ville... 

En clair, le PLU indique ce qui pourra être fait ou non et dans quel cadre à l'avenir dans chaque quartier, rue ou parcelle de Tours. Une fois adopté après passage par l'étape de l'enquête publique à l'automne, il remplacera celui actuellement en vigueur et qui date de 2011.

Parmi les évolutions qu'il faut attendre par rapport à ce dernier, un abaissement des hauteurs maximales autorisées. Une volonté de l'actuelle majorité qui veut éviter de densifier la ville. « On s'est donné quelques zones où on pourra avoir plus de hauteur parce qu'elles ont un potentiel particulier » précise néanmoins Christophe Bouchet. Le site de Rochepinard ou celui de Menneton sont dans ce cas. La baisse des hauteurs est de son côté significative sur Tours Nord.

Parmi les autres points mis en avant, une volonté de proposer plus de logements familiaux, un des points faibles pointés actuellement. Pour attirer les familles, la ville de Tours mise également sur les espaces verts avec une préservation et une valorisation du cadre naturel autour des deux cours d'eau, Loire et Cher, mais aussi en actant la mise en place de nouveaux espaces verts en lien avec les nouveaux projets d'urbanisme à venir.

Ces projets d'urbanisme ils doivent concerner notamment le logement avec une prévision de 650 nouveaux logements par an, et une recherche de diversité, allant des logements collectifs mais aussi individuels, porteurs notamment pour les familles justement.

Les mobilités sont également au cœur de ce PLU avec une volonté affichée sur le papier de favoriser la multimodalité, et de contenir la place de l'automobile.

Tout ceci sera présenté dans le détail lundi soir en Conseil Municipal avant un débat entre élus. La concertation publique commencera par la suite à la rentrée en septembre avant une adoption du PLU prévue d'ici décembre ou début d'année 2020.

Pour plus de détails, vous pouvez aussi consulter cette page dédiée au projet