Tours

[La question conso] Le tuto pour réussir sa Foire de Tours

La réponse de l'UFC Que Choisir 37.

Chaque jeudi, Info Tours vous ouvre ses colonnes en partenariat avec l'UFC Que Choisir d'Indre-et-Loire. Envoyez-nous un mail avec vos questions et "Que Choisir" en objet et nous vous répondrons grâce aux expert(e)s de l'association de consommateurs. L'adresse ? contact@info-tours.fr

 

« J’ai l’intention de profiter de la foire de Tours pour faire de bonnes affaires, mais est-ce vraiment le cas et quels sont les pièges  à éviter ? »

Réponse de l’UFC-Que Choisir 37 :

Les bonnes affaires, les prix foires :

En France, les prix sont libres, donc pas forcément synonymes de bonnes affaires ! Avant d’aller à la foire, il est dans votre intérêt de vous renseigner sur les prix du marché et ne pas hésiter à négocier les prix proposés en foire. Par ailleurs, ne signez pas une commande sans avoir comparé. Pour des travaux, il est recommandé de demander au moins 3 devis gratuits auprès de différentes sociétés et de se renseigner sur les entreprises. En faisant ainsi jouer la concurrence, vous pourrez négocier une finition plus haut de gamme, des accessoires, voire une remise commerciale.

Les pièges, en foire ou en salon :

1) Pas de délai de rétractation, une commande signée est ferme et définitive ! Une exception : si l’achat est lié à la signature simultanée d’un crédit affecté au seul paiement de cet achat. Le crédit affecté bénéficiant, à compter du jour de la signature, du droit de rétractation de 14 jours, la rétractation pour ce crédit annule aussi la vente. Par ailleurs, les professionnels sont obligés de mettre des affiches de grand format (A3) sur leur stand pour prévenir les clients de l’absence de ce droit de rétractation, laquelle absence doit également être mentionnée sur le contrat signé sur la foire. Hélas ! Cette obligation est loin d’être respectée !

2) Pour les commandes de travaux, économies d’énergie notamment, les promesses s’envolent ! Vérifier la faisabilité du projet et les informations données par le commercial, le label RGE (reconnu garant de l’environnement), crédits d’impôt… En effet, des travaux peuvent nécessiter d’éventuelles autorisations administratives ou encore la réalisation d’un métré pour une cuisine équipée. Ne pas se précipiter, prendre le temps de construire son projet.

3) Les écrits restent ! Si votre projet est encore incertain, ne signez pas ou alors pensez à insérer des conditions, par exemple lorsque l’accord préalable de l’assemblée générale de copropriétaires. Vous pourrez ainsi revenir sur votre engagement si la condition ne se réalise pas

D'autres conseils sur le site de Que Choisir 37.