Tours

Uber est officiellement arrivé à Tours… mais encore en rodage

Pas sûr que vous réussissez à avoir une voiture immédiatement.

Il y a 3 mois, le service de presse d’Uber nous racontait gentiment que l’entreprise observait le marché du transport à Tours pour voir si ça valait le coup d’y lancer officiellement son application. A cette époque-là, on pouvait déjà tomber de temps en temps sur des chauffeurs connectés au service de véhicule de transport avec chauffeur pour aller à la gare de Saint-Pierre-des-Corps ou se rendre à un rendez-vous à l’autre bout de l’agglo. Environ 3 voitures tournaient régulièrement dans les rues.

Nous voici fin avril 2019 et manifestement la société américaine marinait bien quelque chose : en début de semaine elle a balancé un mail aux contacts tourangeaux qui avaient déjà téléchargé l’appli puis elle a publié une vidéo annonçant officiellement son arrivée à Tours, Saint-Etienne ou encore Reims. Désormais 20 villes françaises sont uberisées.

 

Selon la marque, une dizaine de chauffeurs sont équipés sur la métropole de Tours et elle aimerait bien en avoir trois fois plus d’ici un an. On a voulu vérifier s’il était facile de commander une course donc on a simulé des commandes à plusieurs heures de la journée. Le matin assez tôt ? Personne, à trois reprises. A la mi-journée, trois voitures disponibles dans le secteur de la gare TGV ou dans le centre de Tours. Dans l’après-midi une voiture à Chambray. Le lendemain 1 à 2 voitures affichées mais souvent zéro aussi. Ça veut soit dire qu’aucun chauffeur n’est en ligne, soit qu’ils sont tous occupés.

A en croire Uber, des milliers de connexions ont déjà été enregistrées sur l’appli ces derniers mois à Tours, donc il y aurait un potentiel de clientèle conséquent. Pas que des Tourangelles et des Tourangeaux, et même plutôt des personnes habituées à utiliser le service à Paris, Lyon ou Londres voire des touristes qui l’ont aussi dans leur pays. Quelqu’un nous a par exemple raconté avoir voulu tenter d’attraper un Uber à sa descente du train, découragé par la longue file d’attente pour un taxi à la gare. Sans succès (c’était cet hiver).

 

Reste donc à savoir à quelle vitesse Uber peut se développer à Tours et si l’appli fera de l’ombre aux taxis. Sceptiques, ces derniers avaient pris les devants en lançant leur application en 2018. Elle aussi géolocalise les véhicules en temps réel… et on en a trouvé 24 jeudi vers 16h30 en la démarrant. Rappelons que le GIE des taxis radio compte une petite centaine d’adhérents, sachant qu’il s’est récemment étendu à d’autres communes de Tours Métropole.

Quant à Uber, ça vient de se lancer, il est beaucoup trop tôt pour juger de l’efficacité réelle du service et de son impact sur le secteur du transport à Tours. Il y a fort à parier qu’il pourra être complémentaire des taxis dans des moments de rushs (fins de soirées le week-end, arrivée de trains les jours de grands départs) et qu’il pourrait leur prendre une part de marché non négligeable sur la longueur. Néanmoins, la différence ne se fera pas forcément au niveau des prix : certes ceux des taxis ont augmenté au printemps à la suite d’une décision préfectorale mais en Uber la course minimum est à 6€ +0,30€ par minute de course et +1€20 par kilomètre parcouru. Un calcul similaire à celui des taxis. Attention aussi au temps d’attente de la voiture en bas de chez vous : 0,40€ la minute.

Quelques exemples de tarifs ?

Tours Centre – Villandry : entre 27 et 37€

Tours Centre – Gare de St-Pierre : entre 6 et 9€

Tours Centre – Aéroport : 13 à 18€