Tours

Que retenir de l'acte XX des Gilets jaunes à Tours ?

Un dispositif des forces de l'ordre impressionnant ce samedi...

L'Acte XX des Gilets jaunes était attendu et redouté à Tours. La raison, la capitale d'Indre-et-Loire était le point de ralliement des Gilets jaunes au niveau régional. La dernière fois que c'était arrivé, début février, environ 3000 Gilets jaunes avaient convergé en Touraine.

Ils étaient finalement un millier environ cette fois-ci pour l'Acte XX à Tours, un signe qui montre le ralentissement de la mobilisation. Malgré tout, les Gilets jaunes encore mobilisés se montrent semaine après semaine plus déterminés. De quoi créer des craintes du côté des autorités. Conséquence, la Préfecture, craignant l'arrivée de manifestants violents, avait pris des mesures et notamment l'interdiction de manifester dans certaines rues du centre-ville (rue Marceau, Nationale, Buffon et Bordeaux).

Ce samedi après-midi, le dispositif policier et gendarme était d'ailleurs impressionnant en ville. Toutes les rues interdites étaient quadrillées par des policiers ou gendarmes. Pas de quoi intimider les manifestants, au départ, qui se dirigeront face au barrage de gendarmes dans le haut de la rue Nationale puis face à celui de policiers rue Marceau. L'ambiance était encore bon enfant, et les manifestants y voyaient plus un symbole de défiance, comme pour dire "on est là, on va se cacher".  Oui mais cela se sentait au fil des minutes, les plus véhéments en voulaient un peu plus, et après deux heures et demi à marcher sans vraiment savoir où aller, c'est du côté du bas de la rue Nationale que la situation dégénéra. 

Les forces de l'ordre ont procédé à ce moment là à des tirs de lacrymos et réalisé plusieurs charges pour repousser les manifestants, dont certains agitaient le drapeau noir anarchiste en première ligne. Méthodiquement, les forces de l'ordre vont alors repousser les manifestants en les suivant dans différentes rues afin de les éloigner du centre, procédant par la même occasion à quelques interpellations. Vers 18h30, les derniers manifestants repoussés, l'Acte XX était terminé.