Tours

A Grandmont, 1/3 des enseignants a mis 20/20 à tous les élèves au 2ème trimestre

Un mouvement de protestation contre la réforme du bac.

La réforme du bac doit progressivement entrer en vigueur, une mesure prévoyant notamment la fin des filières générales L, S et ES et la création d’options que les élèves pourront choisir après la seconde. Le nombre d’épreuves organisées en fin d’année doit également diminuer de manière importante, et le contrôle continu comptera en partie pour l’obtention du diplôme. Les premiers élèves concernés sont ceux qui intégreront les classes de 2nde et 1ère à la rentrée de septembre 2019, avec donc de premières épreuves anticipées nouvelle formule en 2020 en 1ère puis un nouveau bac pour les Terminale en 2021.

Ces modifications d’un système bien en place déplaisent assez nettement dans le corps enseignant, ce sont notamment elles qui sont à l’origine du mouvement des Stylos Rouges. Les manifestations organisées sous cette bannière n’ont pas franchement mobilisé en Touraine mais des rassemblements initiés par les profs de Vaucanson, de Grandmont ou de Balzac ont eu un certain écho, notamment au moment du Forum de l’Orientation, sachant que ces derniers visaient aussi à dénoncer des suppressions de postes.

A LIRE AUSSI : Les indicateurs de réussite des lycées en 2018 en Touraine

Ces derniers jours, une autre initiative semble avoir séduit le corps enseignant : mettre 20/20 d’office à tous les élèves de 2nde sur les bulletins du 2ème trimestre (tout en conservant tout de même leur moyenne réelle pour le suivi de leur scolarité, cette dernière étant disponible sur le portail web dédié aux parents).

A Grandmont, ce 20/20 colérique a été adopté par près de 70 enseignants, soit 1 prof sur 3 dans le plus grand lycée du département et de la ville de Tours. Et encore, tous les profs n'ont pas de classe de 2nde nous fait remarquer la CGT Education via son représentant Philippe Connil. Pour comprendre cette grogne, le patron de l’éducation nationale dans le département devait se rendre dans l’établissement ce mercredi matin afin de rencontrer ses équipes. En réponse, une manifestation a été organisée pour 11h15 devant l’entrée avec des parents d’élèves ainsi que des profs d’autres établissements à l'appel de la CGT mais aussi du SNES et de FO.

Face à cette mobilisation, le N°1 de l'inspection d'académie a délocalisé le rendez-vous dans ses locaux de la Rue Giraudeau, avec les représentants du conseil d'administration de Grandmont. "On attend qu'il commence à discuter avec nous et réponde à nos arguments" nous explique Philippe Connil. "On est bien conscient que les systèmes des filières actuelles ont leurs inconvénients mais la réforme actuelle a de gros défauts : elle crée une spécialisation trop précoce et du stress chez les élèves sommés de savoir dès la Seconde ce qu'ils devront faire après la Terminale. Pour nous elle est aussi source d'inégalités territoriales car beaucoup d'évaluations se feront en interne, alors qu'elles peuvent être différentes selon les établissements."