Tours

35€, 68€ et 135€ : le prix de la saleté à Tours

La Brigade Verte va désormais pouvoir infliger des amendes en cas d’incivilités dans les rues de la ville.

La chasse aux crottes de chien, aux chewing-gums, aux mégots de cigarette ou aux dépots sauvages d’ordures est lancée à Tours ! En septembre 2018, la ville a lancé sa Brigade Verte avec 8 agents chargés de faire de la pédagogie pour augmenter la propreté des rues de Tours. Ce lundi 19 mars, le conseil municipal lui a donné une compétence supplémentaire : celle de verbaliser en cas d’incivilité constatée. Et la mesure entre en vigueur immédiatement.

Voire notre article présentant la brigade verte en cliquant ici

A en croire l’adjoint au maire chargé de la propreté Brice Droineau, l’équipe de la Brigade Verte a trouvé ses marques lors de ses rondes du lundi au samedi, en journée (matin et après-midi) : « les dépôts sauvages ont baissé de 50% autour des points d’apport volontaires d’ordures » a-t-il souligné. Les citoyennes et les citoyens commencent aussi à la prévenir lorsque les rues sont sales : 79 appels reçus et 114 mails (soit environ une saisie par jour). Néanmoins, ce n’est pas suffisant : « vous aurez beau rappeler les choses, certaines personnes ne respectent pas l’espace public » explique l’élu.

Résultat : une grille d’amendes a été mise au point...

  • 35€ d’amende (150€ en cas de récidive) pour une poubelle jaune ou verte laissée sur le trottoir bien après son jour de collecte. Même sanction pour des encombrants déposés sur la voie publique alors qu’il suffit de prendre un rendez-vous en appelant Tours Métropole pour les faire enlever.
  • 68€ (450€ en cas de récidive) pour un mégot à terre, un chewing-gum jeté sur le trottoir, des crottes de chien pas ramassées ou un pipi contre un mur. Tous ces faits ne seront punis qu’en cas de flagrant délit de la Brigade Verte.
  • 135€ (750€ en cas de récidive) si des détritus abandonnés gênent le passage ou la sécurité.

En plus de ces amendes, la ville a prévu un forfait pour l’enlèvement des déchets : 49€ le coût du déplacement et 1€80 le quart d’heure d’intervention.

« On a un vrai besoin de police de la propreté » selon Brice Droineau. Il explique que 2 236 contrôles de points d’apport volontaires ont été menés ces derniers mois (il y en a 1 000 dans la ville) et qu’en réalité seule une vingtaine posent problème. 267 dépôts sauvages ont ainsi été constatés. En parallèle, le nombre de poubelles publiques est passé de 500 à 800 et un projet de test de corbeilles capables de compacter les déchets et fonctionnant à l’énergie solaire est en cours : « elles pourront contenir 5 fois plus de volume » a souligné l’adjoint au maire.

L’élu d’opposition Nicolas Gautreau a regretté « la faiblesse des effectifs en rapport avec l’aggravation de la salissure des rues de la ville. » Selon lui, 8 agents et ces amendes c’est « purement de la communication. » L’ancien adjoint au maire Xavier Dateu qui a quitté la majorité demande lui plus de surveillance de secteurs comme la Place du Grand Marché, la Place Châteauneuf ou la Rue Colbert.