Tours

Les jeunes du Plan B dans la rue pour dénoncer un projet d'expulsion

La procédure est engagée.

Déjà trois mois qu'une trentaine de jeunes dort tous les soirs dans des locaux du quartier Velpeau de Tours. Ces lieux ont été réquisitionnés mi-décembre 2018 par un collectif baptisé Plan B comptant notamment dans ses rangs des militants d'Utopia 56, une association engagée de longue date dans le soutien aux jeunes étrangers qui cherhent un refuge en France.

L'objectif de la démarche : mettre à l'abri des jeunes qui se déclarent mineurs ou qui ont été reconnus mineurs mais refusés dans d'autres départements où on les avait envoyés pour un accueil. Ils sont 30, donc, originaires de plusieurs pays africains. Ils dorment illégalement dans quelques chambres aménagées par des dons. Ils disposent d'une pièce de vie et d'une salle de bain et prennent leurs repas en commun, par exemple à La Table de Jeanne-Marie dans le quartier Febvotte.

Mais les locaux qu'ils occupent appartiennent à un propriétaire qui a porté plainte. Mercredi 13 mars, un huissier s'est présenté sur place pour constater que les lieux étaient réquisitionnés ce qui ouvre la voie à une procédure d'expulsion, la préfecture estimant même que l'adresse pourrait être requalifiée comme établissement recevant du public (imposant des normes plus drastiques).

Pour dénoncer cette situation, Utopia 56 et ses soutiens appelaient à une manifestation samedi après-midi dans le centre de Tours. Selon le collectif, cette situation n'arriverait pas si les pouvoirs publics (Etat et Conseil Départemental se partagent les responsabilités autour des mineurs étrangers isolés) avaient "une politique d'accueil décente."

Partie de la préfecture à 14h, la marche a emprunté la Rue Nationale, est passée devant le tribunal, a croisé la Marche pour le Climat à la gare avant de rejoindre le Champ Girault et la Place Velpeau.