Tours

StorieTouraine, 12/03/19 : un couple de Montbazon tué dans le crash éthiopien, saisie d’ecstasy à Tours, une déportée d’Auschwitz aux Tanneurs...

On revient aussi sur un accident matinal entre Fondettes et Tours.

La StorieTouraine vous résume les infos essentielles de la journée en Indre-et-Loire. Un article actualisé dès que nécessaire. Voici l’édition de ce mardi :

 

Crash d’Ethiopian Airlines…

Le journal Le Parisien révélait lundi soir qu’un couple tourangeau résident à Montbazon faisait partie des 157 passagers du Boeing 737 Max 8 tombé peu après son décollage de la capitale éthiopienne dimanche matin. Suzanne et Jean-Michel Barranger – 63 et 66 ans – partaient en voyage au Kénya. Lui était notamment connu pour avoir travaillé chez Michelin à Joué-lès-Tours et tous les deux s’affairaient dans l’association soutenant la Forteresse de Montbazon où l’émotion est évidemment intense. Leurs proches racontent qu’ils étaient encore il y a quelques jours sur le site historique pour des réparations. Au total 9 Français sont morts dans ce crash.

Par ailleurs, vous avez sûrement lu ou entendu que plusieurs compagnies aériennes ont choisi de stopper les vols avec les avions identiques à celui impliqué dans cet accident. Ryanair qui dessert Tours utilise exclusivement des Boeing 737 mais pas encore le modèle le plus récent de cet appareil. Elle en a commandé 135 et attend sa première livraison sous peu. Les avions qui atterrissent ou décollent de Tours en ce moment ne sont donc pas des 737 Max 8.

 

Une saisie d’ecstasy…

Le week-end dernier, une patrouille policière a surpris une transaction de drogue dans le Vieux-Tours. 2 hommes de 23 ans ont été interpellés en possession de 82 comprimés d’ecstasy, 350g d’amphétamines et plus de 2 500€ en liquide. Les deux suspects ont été présentés au tribunal de Tours ce lundi.

 

Un accident sur le périph’…

Gros bouchon ce mardi matin sur le périphérique tourangeau où plusieurs véhicules sont entrés en collision vers 8h30, sans faire de blessés. La circulation a été très ralentie pendant un long moment dans le sens Fondettes-Tours.

 

Grand Débat…

Alors que le Grand Débat s’achève ce vendredi 15 mars après deux mois de réunions publiques en réponse au mouvement des Gilets Jaunes voici l’annonce d’un événement à St-Pierre-des-Corps : un temps d’échange ce mercredi 13 mars à 18h30 à la salle des fêtes. La ville a aussi choisi de recueillir des propos d’habitants en filmant des prises de paroles. L’association Sans Canal Fixe, retenue pour filmer et monter ces propos était présente sur les marchés des samedis 16 février et 9 mars. Le film réalisé, sera projeté en ouverture de la réunion et suivi d’un débat.

 

Une rencontre émouvante…

Etudiant à l’université de Tours, Maxime Lelu nous transmet cette information : dans le cadre de l'Association des Historiens de l'Université de Tours, il organise une conférence de Mme Yvette Lévy. « Cette dernière est une ancienne déportée d'Auschwitz-Birkenau. Elle nous fait l'honneur de venir à Tours ce jeudi à 14h, amphi A à l'université de Tours, site Tanneurs. Cet événement est tout à fait exceptionnel et probablement le dernier témoignage d'une ancienne déportée en Touraine. Cette conférence est de plus ô combien importante selon nous dans un contexte de hausse global de l’antisémitisme. » Accès libre.

Bio d’Yvette Lévy : Née en 1926, Yvette Lévy est une survivante française de la Shoah. Ses parents étant des juifs alsaciens, elle part dans un premier temps à Tours au moment de l'exode alors qu'elle a 14 ans. Elle s'installe à Paris où elle est monitrice aux éclaireurs israélites de France et participe au sauvetage d'enfants juifs après la rafle du Viel' d'Hiv'. Elle est arrêtée par la Gestapo la nuit du 21 juillet 1944, internée au camp de Drancy puis déportée au camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau le 31 juillet. Elle est transférée au camp de Kratzau, dépendance du camp de Gross-Rosen où elle travaille dans une usine d'armement, contrainte de participer à l'effort de guerre du IIIe Reich. Elle est libérée le 9 mai 1945. Elle fait partie des dernières survivantes de la Shoah et consacre désormais une grande partie de sa vie à témoigner.